Portail

Portail Invocation (appel ou création)
Source : Manuel du Joueur
Niveau : Ensorceleur/Magicien 9, Prêtre 9
Autre : Guérisseur 9, Wu Jen 9
Classe de prestige : Apôtre de la paix 9
Domaine : Célestes 9, Convocation 9, Démons 9, Diables 9, Drows 9, Gloire 9, Pactes 9, Portails 9
Composantes : V, G, PX (voir description)
Temps d'incantation : 1 action simple
Portée : moyenne (30 m + 3 m/niveau)
Effet : voir description
Durée : instantanée ou concentration (jusqu’à 1 round/niveau ; voir description)
Jet de sauvegarde : aucun
Résistance à la magie : non
Ce sort a deux effets distincts. Il commence par établir un lien interdimensionnel entre le plan du personnage et celui que ce dernier cherche à contacter, ce qui permet de se rendre d’un plan à l’autre (dans n’importe quel sens).
Ensuite, il permet d’appeler une entité particulière, qui arrive par le biais du portail. Le portail prend la forme d’un cerceau ou cercle de 1,50 mètre à 6 mètres de diamètre (au choix du jeteur de sorts), orienté comme son créateur le souhaite (le plus souvent, il est vertical et fait face au personnage). Il s’agit d’une fenêtre bidimensionnelle s’ouvrant sur le plan contacté ; quiconque passe au travers (dans un sens ou dans l’autre) se retrouve instantanément dans le second plan.
Le portail a deux faces : un recto et un verso. Le recto transporte dans le plan choisi, mais pas le verso ; si une créature traverse le portail par cette face, il ne se passe rien.
Voyage interplanaire. Si on l’utilise pour voyager entre les plans, portail fonctionne d’une manière similaire à changement de plan, si ce n’est qu’il s’ouvre exactement à l’endroit choisi par le mage (ou prêtre). Notez que les dieux et autres entités dirigeant leur plan peuvent interdire la formation d’un portail en leur domaine s’ils le souhaitent. Les voyageurs n’ont pas besoin de tenir la main du lanceur de sorts, il leur suffit de franchir le portail pour être transportés jusqu’au lieu de destination. On ne peut pas utiliser un portail pour se rendre en un autre point du plan où l’on se trouve ; ce sort ne fonctionne que pour les voyages interplanaires.
Il est possible de créer un portail en travers d’un couloir pour que toutes les attaques en provenance de ce côté soient envoyées dans le plan choisi. Quant à savoir si les occupants du plan en question apprécieront une telle tactique, c’est une autre histoire…
Le jeteur de sorts ne peut maintenir le portail ouvert que pour un temps limité (1 round par niveau de lanceur de sorts), et encore sa concentration doit-elle rester totale. S’il est déconcentré, le sort prend fin immédiatement.
Appel de créatures. Portail a également pour effet de convoquer une entité extraplanaire. Il suffit que le personnage nomme l’entité ou le type de créature qu’il souhaite appeler pour que le portail s’ouvre à côté de cette dernière et l’aspire, qu’elle le veuille ou non. Dieux et entités uniques ne sont pas forcés de répondre à un tel appel, même si rien ne les en empêche pour peu qu’ils en aient envie. Cette version du sort génère un portail restant ouvert assez longtemps pour permettre aux créatures appelées d’arriver. Cette utilisation du sort présente un coût en PX (voir ci-dessous).
Si le jeteur de sorts décide de faire appel à un type d’entités plutôt qu’à un être particulier (par exemple, des barbazus ou des ghaeles), il peut appeler une créature unique (quel que soit le nombre de DV de celle-ci) ou plusieurs, mais dans ce cas il ne peut les contrôler que si le total de leur DV n’excède pas son niveau de lanceur de sorts. Dans le cas où l’entité convoquée est seule, le personnage la dirige tant que le double de son niveau de lanceur de sorts égale ou dépasse le nombre de DV de la créature. Dans le cas contraire, l’entité échappe à son contrôle (il est impossible de contrôler un dieu ou un être unique) et agit comme bon lui semble. Il est donc très dangereux d’utiliser portail pour appeler des entités trop puissantes. Une créature incontrôlée peut retourner dans son plan d’origine quand elle le souhaite.
Si le personnage contrôle la ou les créatures qu’il a appelées, il peut leur demander un service. Il a alors le choix entre deux possibilités : une tâche immédiate ou un contrat. Combattre pour le personnage ou rendre un service pouvant être accompli en 1 round par niveau de lanceur de sorts entre dans le cadre des tâches immédiates. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de parvenir à un accord avec l’entité ou de lui promettre quoi que ce soit. Elle repart dès qu’elle a rempli sa mission.
Si le personnage souhaite demander un service plus complexe ou exigeant davantage de temps, il doit offrir quelque chose en échange à la créature appelée. La tâche souhaitée doit être raisonnable en regard de la récompense proposée (reportez-vous à allié d’outreplan). Certaines créatures insistent pour se faire payer en “ nature ”, ce qui peut entraîner des complications s’il faut leur livrer des victimes qu’elles pourront dévorer à leur aise). Dès que le service a été rendu, la créature apparaît devant le personnage, qui doit aussitôt lui régler la “ somme ” convenue. Cela fait, l’entité est libre de retourner dans son plan.
Si le lanceur de sorts ne tient pas sa promesse, il peut au mieux s’attendre à devoir rendre un service à la créature ou au maître de cette dernière. Au pire, il risque de se faire attaquer.
Note. Lorsqu’on utilise un sort convoquant une créature bonne, loyale, mauvaise, chaotique, de feu, de terre, d’air ou d’eau, il est automatiquement considéré comme un sort du même type. Par exemple, portail est un sort chaotique et mauvais si l’on s’en sert pour appeler un démon.
Coût en points d'expérience : 1 000 PX (pour l’appel de créatures uniquement).

Retour à l'index des sorts

Valid XHTML 1.0 Strict