Talona

maladies, poison

Symbole : trois larmes d'ambre sur un triangle pourpre

Déesse mineure, CM

Talona fait partie des Dieux Noirs. On la représente souvent sous les traits d'une vieille sorcière toute rabougrie au visage couvert de tatouages. Là où elle passe, l'infortune et la mort la suivent de près. C'est une divinité hors norme et plusieurs sages affirment que sa personnalité est celle d'une enfant égoïste, piégée dans l'enveloppe charnelle d'une femme qui était autrefois très belle mais dont le corps a depuis été dévasté par la maladie et le passage des ans. Son comportement est extrêmement lunatique : elle peut tout aussi bien être avide d'attention, comme une enfant en manque d'affection, ou hautaine comme une femme abandonnée par l'homme qu'elle aimait.

Histoire et relation

Sa puissance diminue lentement après le passage de chaque épidémie. Lorsqu'elle se sent vulnérable, elle libère un nouveau fléau, ce qui lui permet de recevoir un déluge de prières soudaines, les Féerûniens espérant qu'ils pourront ainsi l'apaiser et échapper à son souifle mortel. Elle retrouve ainsi le pouvoir qu'elle avait petdu, puis le cycle recommence. Elle a été particulièrement puissante au cours de la destruction d'Asram (après l'érection de la Pierre Dressée), c'est-à-dire durant l'Année de la Mort Tenace (75 CV), mais aussi pendant l'Année des Larmes de la Reine (902 CV), où la Guerre du Pourrissement a fait rage, l'Année du Fléau ( 1150), l'Année du Gobelet Vide et celle de la Mort qui Rôde (1252-125.3 CV), et enfin quand la grande peste (l'Epidémie du Dragon) s'est abartue sur la Mer Intérieure (de 1317 à 1323 CV). Quelques textes centenaires donnent à Talona le nom de Kiputytto. Mais il s'agit là d'une demi-puissance rivale qui l'a défiée pour s'emparer de sa sphère d'influence et qu'elle a vaincue il y a bien longtemps. Avant ce combat, le symbole de la déesse était un triangle équilatéral couleur chair, disposé vers le haut et contenant trois larmes agencées en triangle. Celle du haut était noire, celle de gauche, pourpre, et celle de droite, verte. Quant à savoir pourquoi les couleurs d'usage onr changé après la victoire de Talona sur Kiputytto, il s'agit là de l'un des secrets fondamentaux de l'Église, qui ne sont jamais révélés aux étrangers. Bien que Talona et Loviatar soient de terribles rivales, toutes deux servirent Bhaal jusqu'à sa mort. Loviatar adore se moquer de la laideur de Talona, du peu de fidèles qu'elle a, de ses attaques lâches et inefficaces, er surtout de sa ridicule sphère d'influence (de l'avis de la Vierge des Douleurs). Inutile de dire que Ta-lona prend un immense plaisir a voir sa rivale subir le moindre revers, à tel point qu'elle aide parfois les aventuriers d'alignement bon quand elle pense qu'ils peuvent nuire à la réputation de Loviatar. Depuis la mort de Bhaal, durant le Temps des Troubles, Loviatar et- Talona ont lentement basculé sous la coupe de Shar. Cependant, le retour de Baine, qui était lé supérieur de Bhaal, présage un conflit de loyauté pour les deux déesses mineures. Rongée par la jalousie et la rancune, Talona exècre les divinités bienveillantes comme Chauntéa, Mailikki, Silvanus, Sunie, Lliira, Kelemvor, Tyr et Shiallia.

Culte et clergé

Comme la plupart des divinités d'alignement chaotique mauvais, Talona est davantage crainte qu'adorée, et on la prie plus pour échapper à son attention que pour l'attirer. L’Église opère dans le plus grand secret, ce qui est logique puisqu'elle prône la mort et la maladie. C'est dans les contrées frappées par de terribles épidémies qu'elle est la plus puissante, à tel point que les fidèles de Talona se voient souvent accusés d'être à la base de ces fléaux. Nombre de rats-garous prient la Dame du Poison pour qu'elle leur permette d'infliger de terribles maladies aux humains qu'ils haïssent.
Ceux qui vénèrent activement Talona se réunissent généralement dans les catacombes et les ruines reculées. Les temples souterrains sont souvent érigés à proximité d'égouts puants ou dans des grottes humides pleines de moisissures. Les lieux de culte situés en extérieur se trouvent souvent au cœur des marécages, surtout ceux qui abritent de nombreux moustiques porteurs de maladies et où règne une perpétuelle odeur de pourrissement. Des gargouilles difformes, qui représentent des humains se tordant de douleur, sont toujours placées très en vue en ces endroits.
Les fidèles de Talona prient leur déesse trois fois par jour (à l'aube, à midi er en soirée, l'horaire de ces rituels n'ayant toutefois rien de précis) et observent un daernurh (saint festival) tous les 12 jours. Cette fête, qui dure toute la journée, est ouverte à tous et les visiteurs sont incités à faire des offrandes à Talona pour se protéger, eux et leurs proches, de la mort, de la maladie, et ainsi de suite. À cette occasion, les prêtres prennent grand soin de soigner des lépreux et autres grands malades au vu et au su de tous. Pour bien montrer leur immunité spécifique, ils touchent également des objets contaminés, qu'ils n'hésitent pas à appliquer contre leurs lacérations toutes fraîches (qu'ils se sont faites lors d'un rituel privé). La journée est également marquée par de longs roulements de tambours, des chants graves et des airs joués à l'aide d'instruments exotiques qui proclament la gloire de Talona. Les prêtres de bas niveau vendent du poison (pour éliminer la vermine, bien sûr), des antidotes et des breuvages curatifs, assistés en cela par certains de leurs supérieurs, lesquels diagnostiquent l'état des malades (avec un taux d'erreur remarquablement bas) et prescrivent les remèdes appropriés en échange d'honoraires élevés (entre 50 et 100 po la consultation).
Une fois l'an, lors du daemuth qui tombe tout près de l'équinoxe messale, les initiés sont accueillis dans les rangs de la prêtrise. Cette occasion est marquée par une terrible cérémonie privée, au cours de laquelle se multiplient scarifications rituelles et tatouages sacrés.
La Maison de la Nuit, temple-palais fortifié de Tashlura, est le plus grand temple dédié à Talona. Dirigée par la Dame Funeste Thalaera Indlerith, elle est défendue par une armée de gardes au masque noir, assistés de gargouilles et de golems. Dans ses entrailles, les Prêtresses de la Nuit concoctent des poisons, des potions qui transmettent de terribles maladies par ingestion ou contact et, bien sut, des antidotes pour tous leurs breuvages nocifs (qu'elles vendent à un prix très élevé). Elles font sans cesse le tour des palais et autres manoirs de Faerûn pour vendre parfums et vins fins à la noblesse des Royaumes, mais tout le monde sait bien quelle est leur véritable profession. La plupart s'intéressent également à la politique, certaines qu'elles sont que la crainte qu'elles inspirent les protège de la mort, qui guette souvent ceux qui osent s'immiscer dans ces intrigues de cour.
L'Eglise ne peut se targuer d'avoir le moindre ordre militaire, mais Talona est servie par une cabale de voleurs et autres malfrats. Les Rats de la Peste forment une organisation de voleurs, assassins et autres rats-garous opérant dans le Nord et le Mitan Occidental. On s'accorde généralement pour penser que leur base secrète se Trouve dans les Collines du Rarer qu'elle est reliée à Montprofont. L'organisation n'a apparemment pas souffert de la terrible explosion qui a ravagé Montprofont lors de l'Année du Bouclier (1367 CV).
Les Enfants de la Mère des Pestes est le nom d'une guilde d'égorgeurs active à Chondath et dans le Bief de Vilhon. Elle était autrefois composée de croisés cherchant à faire s'étendre la Guerre Pourrissante pour en faire le plus grand fléau de Talona, mais ce n'est plus aujourd'hui qu'une confrérie de guerriers et de voleurs qui se livrent au racket dans la région et font planer la menace de la vengeance de la Dame du Poison sur ceux qui leur résistent.
Vêtements sacerdotaux. Tous les prêtres de Talona portent une robe verte et grise dont les manches sont sciemment déchirées. Ce vêtement peut être lavé, mais jamais reprisé, et il finit systématiquement en lambeaux. Par orgueil, la plupart des prêtres continuent de le porter jusqu'à se retrouver presque nus. A partir d'un certain niveau, les Taloniens sont couverts de tatouages et de cicatrices. Certains pratiquent même le piercing (ceux-là arborent souvent toute une série d'anneaux plantés dans la poitrine, reliés par de fines chaînes de métal). Qu'elles soient prêtresses ou fidèles, les femmes qui vénèrent Talona portent souvent des boucles d'oreilles et des coudières de métal noir qui prennent la forme de griffes.
Vêtements de tous les jours. Lorsqu'ils se préparent au combat ou se lancent dans une aventuré qui risque de s'avérer dangereuse, les Taloniens révèrent une armure noire et pourpre garnie de pointes. Ils veillent toujours à ce que cette armure soit la plus impressionnante (et la plus résistante) possible.

Dogme

Élevez la douleur au rang de plaisir, car la vie et la mort s'équilibrent. Cependant, la mort est la plus puissante et il faut lui rendre hommage et la respecter. La mort est la véritable puissance, la grande égalisatrice et la leçon qui attend chacun. S'il vous revient de terrasser votre prochain, n'hésitez pas. La Mère de Tous les Maux œuvre de l'intérieur. La faiblesse et le dépérissement constituent ses forces. Le souffle de Talona vous accompagnera à jamais, qui que le reste du monde et vous serviez. Faites en sorte que tous les êtres vivants rendent hommage à Talona, en lui adressant prières et biens. S'ils s'exécutent, intervenez pour que Talona ne les emporte pas - du moins pas tout de suite. Allez et œuvrez au nom de Talona. .Que vos agissements soient subtils ou spectaculaires, faites connaître la volonté de la Maîtresse des Maladies.


Plan de résidence : Landes de la Malédiction et du Désespoir
Domaines : Chaos, Destruction, Mal, Pestilence, Souffrance
Armes de prédilection : attaque à main nues



Retour à la page des dieux

Valid XHTML 1.0 Strict