Les Volodni


Volodni

Il y a plus de mille ans, à l'issue des terribles guerres qui rasèrent Narfell et Raumathar, un fier seigneur nar mena à sa suite une partie de son peuple vers les grandes forêts de l'ancien empire, cherchant à échapper aux démons en maraude et aux fléaux magiques qui ravageaient ses terres. Quelque puissance des bois, peut-être un vénérable sylvanien, ou même le Chêne Père en personne, se dressa devant les réfugiés nars et coupa leur retraite à moins qu'ils jurent d'abandonner toute pratique de convocation de démons et acceptent de mêler la sève de la forêt avec leur sang. Le seigneur accepta les conditions sur-le-champ, convaincu que tout compromis valait mieux que le retour à une destruction certaine, mais le prix à payer s'avéra plus fort que ce qu'il pouvait imaginer : le souverain et sa suite troquèrent leur propre humanité au profit de l'asile. Et c'est ainsi que les volodnis, ou hommes-pins, naquirent.
Les volodnis constituent une race d'hommes-arbres qui. défendent leurs demeures forestières avec une résolution d'acier. Contrairement aux autres créatures sylvestres, les volodnis cherchent activement à se développer en créant de nouvelles forêts et en élargissant les bordures des anciennes, prêts à en découdre avec quiconque se met en travers de leur chemin. Nombreux sont ceux qui pensent que seule la chute de la civilisation des « peuples chauds » pourra préserver les forêts de Faerûn, mais d'autres espèrent encore convaincre pacifiquement les humains de permettre le retour des forêts d'antan.
Les volodnis se montrent froids et impassibles, sans pitié dans l'élaboration de tout ce qui peut servir leur fin. Ils n'oublient aucune blessure, mais font preuve de la même patience que la forêt pour mettre leur vengeance à exécution. Ils ne sont pas possessifs, ayant peu de besoins matériels. Certains volodnis ressentent plus profondément que d'autres le sang de leurs ancêtres humains et sont capables de compassion ... ou de malveillance et de crimes horribles.
Les volodnis ressemblent à leurs aïeux humains, mais leur peau est de la couleur vert olive des aiguilles de pin et leur chair est aussi dure que le bois. Une sève claire coule dans leurs veines à la place du sang et leurs cheveux poussent sous forme de longues mèches épaisses lamellées comme l'écorce d'un jeune arbre. Leurs yeux sont noirs et luisants. Les volodnis sont généralement grands et minces, avec de larges épaules et de longs bras. Les hommes-pins affectionnent les armes et les armures faites de cuir .et de bois, qu'ils teignent en vert et en marron pour se fondre dans le décor de leurs forêts.
Les volodnis s'entendent plutôt bien avec les autres créatures sylvestres, comme les centaures et les satyres, et travaillent généralement dans le même sens que les elfes. Ils admirent les sylvaniens et se montrent chaleureux avec les druides de toute race, mais n'ont pas beaucoup de respect pour ceux qui ne voient dans la forêt qu'une réserve de bois de cheminée et un terrain à bâtir. Ceux qui portent atteinte à la nature par. pure malveillance, et non par nécessité, ont le don de réveiller l'hostilité latente des volodnis, qui se transforme alors en véritable rage froide. Les plus extrémistes des volodnis ne font d'ailleurs pas de différence entre ces deux formes de déprédateurs. C'est ainsi que les volodnis vouent une aversion accrue à l'égard des gobelins, des orques et autres créatures du même ordre, par comparaison aux nains et aux humains.
Les volodnis ne sont pas malveillants dans les faits, mais ils ne se montrent pas davantage bienveillants. Ils estiment que l'individu doit agir comme il le ressent plutôt qu'en se faisant dicter son comportement par des lois et des règles, et montrent donc des dispositions chaotiques.
Comme on pourrait s'y attendre, les hommes-pins ont une solide tradition druidique. Les cercles de druides gouvernent leur société et tous les volodnis vénèrent des dieux de la nature. Parmi toutes ces divinités, c'est envers Silvanus, le Chêne Père, qu'ils montrent la plus profonde révérence.
Les volodnis parlent le commun et le sylvestre ainsi que la langue humaine de la région environnante (généralement le damarien ou le rashémi, dans l'Orient). Ils apprennent souvent le draconien, l'elfe, le géant, le gnoll, le gnome, le gobelin ou le sylvanien pour communiquer avec les créatures des bois.
Les volodnis qui quittent leur demeure forestière pour aller fouler le monde ne sont pas courants, mais pas aussi rares qu'on pourrait le penser. Les hommes-pins éprouvent un grand désir d'aller explorer et admirer les merveilles des forêts rescapées de Faerûn. Les druides et rôdeurs volodnis partent à travers le monde pour en protéger les zones forestières et pour espionner les terres civilisées qui jouxtent leur demeure.

Caractéristiques raciales des Volodni

Régions conseillées
RégionDons régionaux disponiblesLangues régionales connues d'officeLangues régionales supplémentaires
Forêt de LéthyrAisance sylvestre
Forestier
Damarien, SylvestreDraconien, Gobelin, Mulhorandi, Orque, Rashémi, Sylvanien
Catégories d'âge des Volodni
 Âge adulteÂge murGrand âgeÂge vénérableÂge max
Volodni2080100120 +2d20 ans
Notes

Cette race n'est pas jouable sur Gemmaline en tant que premier personnage

Sources

Inaccessible Orient


Retour à la liste des races

Retour au sommaire

Valid XHTML 1.0 Strict