Myrkul

Les morts, l'automne

Symbole : Crâne blanc sur fond noir

Dieu disparu, NM

Myrkul faisait partie des Dieux Noirs. C'était le dieu des morts, par opposition au dieu de la mort, Bhaal. Sa sphère i d'influence et son Château d'Ossements furent usurpés par Cyric après que le Seigneur des Ossements eut été détruit par Minuit, au sommet de la tour de Khelben Arunsun, à Eauprofonde. Par la suite, la sphère d'influence de Myrkul échut à Kelemvor, après que Cyric eut été chassé de la Ville de la Discorde par ses habitants (alliés à plusieurs dieux pour l'occasion).
Myrkul était froid, intelligent et maléfique. Il s'exprimait toujours en chuchotant. Perpétuellement alerte, il ne donnait jamais et ne pouvait être surpris. Il ne s'emportait jamais et n'était qu'amusé lorsqu'un mortel parvenait à déjouer ses plans et à lui échapper pour un temps. Il régnait par la crainte ec savait mieux que quiconque terrifier les habitants des Royaumes par ses faits et dires. Par moments, il était presque bienveillant, mais c'était juste pour que personne ne puisse prévoir ses réactions. Tout Faerûn rêvait de son crâne recouvert d'une capuche et c'était le seul dieu que tout mortel se représentait clairement. Il veillait à ce que les humains pensent souvent à lui et il n'était pas rare qu'il apparaisse lors de funérailles, la faux à la main. Il restait là quelques secondes, à contempler les proches éplorés sans dire un mot, afin de bien leur rappeler qu'eux aussi finiraient par venir à lui.
Le culte du Seigneur des Ossements n'était pas populaire et ses prêtres étaient en nombre très réduit. Nombreux étaient ceux qui vénéraient le dieu par crainte et on lui faisait des offrandes lors des funérailles et autres occasions similaires, mais rares étaient ceux qui voyaient en lui le plus important des dieux. Les Myrkulites étaient souvent des individus solitaires et morbides, qui aimaient faire peur à leurs semblables ou appréciaient le pouvoir que leur conféraient les nombreuses rumeurs circulant à leur sujet (et qui disaient généralement que la mort attendait quiconque osait se dresser devant un prêtre de Myrkul). Ils prenaient grand soin de cacher leur véritable identité et de quitter leur lieu de naissance. Certains d'entre eux étaient attirés par l’aspect romantique de la mort et, parmi ceux-là, plus des trois quarts étaient des prêtres. Les relations existant entre les diverses factions du culte étaient excellentes, principalement car aucun prêtre n'était suffisamment puissant pour s'attaquer sans risque à ses collègues.
Les Myrkulites se donnaient le titre de Mort ou de Très Sainte Mort (pour les prélats et prêtres âgés), qu'ils plaçaient devant le nom ou le titre officiel de chacun (comme Mort William, ou encore Très Sainte Mort Fléau des Trolls). Par ordre d'importance, leurs titres étaient les suivants : Audacieux (novice ; au cours d'un dialogue, terme systématiquement décliné au féminin car suivi de "Mort" et du nom de l'individu), Noctambule, Consultant des Os, Porteur de Suaire, Tailleur de Crypte, Danseur d'Ossements, Sanctificateur, Maître des Morts-Vivants, Seigneur Putréfiant, Semeur de Mort et Sainte Fatalité (titre auquel seuls parvenaient les prêtres dont le rang était supérieur à celui de responsable de temple). Tous faisaient référence à un rituel auquel le prêtre devait se livrer en atteignant le rang correspondant. Les prêtres du culte étaient connus le nom de grises peaux ou, moins poliment, de "grises mines".
Les temples dédiés à Myrkul étaient le plus souvent d'énormes mausolées bâtis au-dessus de grandes nécropoles souterraines. La plupart étaient partiellement obscurcis par le rideau de fumée que crachaient continuellement les proches crématoriums. Des gargouilles grimaçantes ornaient la façade, tandis que l'intérieur de l'édifice était décoré par des statues d'hommes, de femmes et d'enfants représentés à divers stades de la mort et du pourrissement. Toutes sortes de morts-vivants rôdaient dans les couloirs et les catacombes.
La transition de Myrkul à Cyric (que les Myrkulites nomment Cyruk dans leurs écrits) se déroula sans heurt et ne fit pas apparaître les tensions et les incidents qui se multiplièrent lors de l'assimilation des Bhaalistes et des Bainites. Pour reprendre les termes de Zeboastre d'Ordulin (que les Mykulites appellent Zeboastre "le Toujours Vif... Pour le Moment"), "il suffit juste de changer le nom inscrit à l'entrée du temple et d'entourer son symbole d'un soleil pourpre". Ce sont les fidèles de Myrkul qui réagirent le mieux à l'absorption par Cyric des sphères d'influence respectives des trois Dieux Noirs. En effet, la transition se fit dans un grand calme (et les morbides Myrkulites l'accueillirent même avec un certain enthousiasme). Sans doute cela était-il dû au grand stoïcisme des prêtres du dieu des morts, à moins qu'il ne faille trouver l'explication dans les similitudes existant entre les deux dieux, ou dans le fait que le clergé avait déjà sans doute connu ce genre de bouleversement par le passé. Les pouvoirs des prêtres changèrent quelque peu après que Cyric eut pris le pouvoir, mais cela ne troubla guère les Myrkulites.
Depuis que Cyric a été chassé de la Ville de la Discorde, la sphère d'influence de la mort et des morts a été confiée à un ancien mortel du nom de Kelemvot. Les anciens prêtres de Myrkul ont de nouveau suivi le mouvement (encore que certains, principalement ceux qui étaient d'alignement chaotique mauvais, ont préféré rester fidèles à Cyric), bien qu'ils aient du mal à apprendre les méthodes de leut nouveau maître, qui sont bien plus paisibles et moins inquiétantes que celles qu'ils utilisaient jusque-là. Ces multiples changements d'allégeance ont été favorisés par le fait que les trois dieux ont toujours utilisé la même base et la même hiérarchie (leur sénéchal et assistant a toujours été et reste Jergal, le Scribe des Damnés, et même si le Château d'Ossements a cédé la place à un palais de cristal, il se trouve toujours au même endroit). Kelemvor est plus juste que Cyric, mais il tolère nettement moins les morts-vivants que Myrkul. Les anciens Myrkulites qui sont devenus Kelemvoristes ont donc désormais pour tâche de détruire ces mêmes morts-vivants qu'ils ont créés quelques années plus tôt. La situation leur paraît particulièrement ironique mais ne les dérange en rien. À moins que Myrkul ne revienne à la vie ou qu'il ne se produise un nouveau bouleversement dans le panthéon faerûnien, son culte est officiellement mort et son clergé intégré à celui de Kelemvor.

Dogme

Apprends à me connaître et à me craindre. Mon étreinte est là pour tous et elle est inéluctable. Les morts peuvent toujours te trouver. Je suis partout ; nulle porte ne peut bloquer mon passage, nul garde me retenir.


Domaines : Mal, Mort, Morts-vivants, Souffrance



Retour à la page des dieux

Valid XHTML 1.0 Strict