Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Mar 11 Aoû 2020, 22:18



 [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Une partie du rêve du guetteur secret.
MessageMessage posté...: Dim 05 Juil 2020, 13:37 
Apprenti aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Jeu 18 Juin 2020, 02:39
Messages: 17
PX:
"Il y aura toujours une certaine proportion de gens qui ressentiront une curiosité brûlante à propos des espaces extérieurs inconnus, et un désir brûlant d'échapper à la prison du connu et du réel, pour atteindre ces pays enchantés de l'aventure incroyable que nous ouvrent les rêves [...]"
[extrait de" Notes sur les écritures découvertes« ]

Le Gorgan était parti d’Eauprofonde à l’aube vers l’ouest et Jehans avait été rapidement mis à la contribution des différentes manœuvres à effectuer. Le capitaine Xarys, un demi orque pour le moins sympathique semblait avoir une main ferme et autoritaire sur ses matelots, le bosco, lui aussi un demi orque, était franchement moins sympathique, pour ne pas dire tortionnaire. Sur le Gorgan, comme lui avait précisé le bâtard de la veille, il y avait peu d’humain sur le navire, en fait, seule le maitre coq, son assistant et un jeune adolescent du nom de Jimmy qui ce dernier, était presque en tout temps dans la vigie, le reste des matelots était soit demi elfe, demi orque, halfelin, nain, duergar, et même deux ou trois elfes qui n’était visible que la nuit. Pour le quart de travaille de Jehans, c'était des premières heures de l’aube au zénith, bien entendu il dépassait celles-ci, soit avant ou après, par plaisir et intérêt.

Le début de la traversée fut platonique pour le rôdeur qui n’avait jamais navigué. Pour lui qui venait de l’Outreterre, cela faisait un grand changement. Par contre au long des jours et des nuits, Jehans commençait fortement à aimer cette vie de solitaire accompagné, car peu de mots se disaient sur le navire, ce qui était pour lui un plus quoique quelques soirées fussent mouvementées et arrosées qui différèrent avec la redondance journalière. Par chance il y avait Wyrm à ses côtés pour passer le temps libre et les contres temps social. Il en avait profité pour montrer quelques tours à son fidèle chien de garde, il commençait par au pied et attend. Plus tard, sur l’île il lui montrerait chasse et défend moi puis combat avec moi si il en avait le temps bien certainement, mais étant donné que Jehans cherchait un prêtre de Tyr qui connaissait un Thieffelin, son emplois du temps serait sans doute peu occupé, alors il croyait en avoir le temps. Le temps passant, rêvait-il de l’île que les questions fusaient dans son esprit.

Jehans demandait quelque information ici et là sur Gemmaline, mais pour la plupart ils n’avaient jamais débarqué plus d’une soirée ou deux, le temps de débarder puis ils repartaient vers d’autres îles. Son savoir sur cette île lui restait encore un mystère total, tout comme la cargaison qu’ils transportaient, tout deux lui laissait bien des songes pour passer le temps.

Ses rêves étaient plus clairs depuis qu’il avait rencontré ce paladin Torm et c’était pour lui, une sorte d’éveil, de rêves initiatiques, un grand travail s’effectuait en lui et ceci confirmait les dires de Vëla.
« Tu ne sera plus le même maintenant que tu sait, la rose de ton cœur va continuer de croitre et l’enseignement entrera par celle-ci. Fait les mantras à chaque jours sans en manquer un, libère ton esprit et ouvre ton âme, laisse couler la source et abreuve toi d’elle à chaque instant de ta journée, à chaque inspirations. »
Puis à chaque fois qu’il s’installait pour méditer, il se recueillait en cette fleur et lorsqu’il se réveillait il faisait une prière de gratitude que Vëla de Torm lui avait montré. Depuis, sa vie avait prit une autre tournure, il se sentait plus apte à se contrôler et plus ouvert d’esprit.

Cette traversé lui apportait beaucoup plus qu’il ne l’aurait cru, le temps lui semblait arrêté et le regard posé dans les étoiles à chaque nuit, lui apportait plus de réponse qu’il en avait jamais eut jusqu’a lors. Il sentait un changement lui apporter du renouveau, il se sentait moins bannis, plus libre, plus ouvert à pardonner, il sentait que la suite serait différente de ce qu’il avait vécu, il deviendrait ce qu’il devait devenir, il en était certain, mais il ne savait pas encore comment ni même quand il y parviendrait réellement.

Un soir les marins c’était donné rendez-vous sur le pont, une nuit clair que le navire était encalminé, le miroir de la surface reflétait le firmament des étoiles et le navire semblait flotter dans l’univers. Jehans avait en tête le serpent monde, le vers premier, le père de tout les dragons et couché sur le dos sur l’épaisse toile qui recouvrait l’esquif accompagné de Wyrm, il écoutait le plus vieux d’entre eux, un demi orque qu’il pensait muet jusqu’a cette nuit, il parlait d’étrange chose et le jeune Outreterrien retenu quelque phrases qu’il se repassait en boucle...

« J'ai vu le sombre univers béant où les noir planètes roulaient sans but, où elles tourbillonnaient dans leur horreurs inaperçues, sans connaissances, lustre ou nom.
Après vingt-deux ans de cauchemar et d'effroi, soutenu par la seule conviction désespérée que certaines impressions sont d'origine imaginaire, je me refuse a garantir la véracité de ce que je crois avoir découvert en cette citée innommable. La même impression, ... et cette fois je ne suis pas seule, ils verront bien toute l'horreur qui attend les curieux, de chose impies. »

Les mots lui résonnèrent dans l’esprit et le rôdeur se demandait bien de qu’elle citée innommable que l’honorable parlait, se disant qu’il lui demanderait, du moment qu’il en aurait la chance, mais la confortable position qu’il avait le laissait sombrer doucement dans des rêves bien différents et moins spéculatifs.

Le lendemain le vieux demi orque avait rendu l’âme, chose surprenant il avait encore le visage distordu comme s’il avait entrevu la fin avant de se figer dans le temps. Les marins l’avaient enveloppés et chacun d’eux avait craché dessus, tradition de cet équipage, avant de le laisser glisser dans les eaux troubles de cet avant tempête. Les jours qui suivirent furent les plus éprouvant de sa jeune existence, une tempête sans précédant avait sévies durant près de trois jours et les maudits mots du vieux demi orque lui revenait sans cesse, ne pouvant fermer l’œil des nuits qui se suivirent. Jehans n’avait jamais été malade à ce point, pensant ne plus jamais mettre les pieds sur la terre ferme, il était au bord de la crise quand le maitre coq l’interpelait à sa façon détestable, par chance Wyrm l’avait avertit juste avant que le maitre coq ne lui touche. Le jeune bannis faillit faire la pire sottise de son existence tellement il n’était plus lui même et ce fut l’autre demi drow qui lui sauvait la mise en l’empêchant d’embrocher le gros humain détestable, mais l’acte que venait de faire Jehans ne serait pas laissé sans réprimande et ce fut cette fois qu’il reçu les dix coups de fouets les plus douloureux de sa vie. Il venait d’apprendre que l’on ne s’en prend jamais à un maitre coq sur un navire, car il est celui qui vous nourrit et que si vous voulez oser faire une mutinerie sur un navire, il faut avoir l’assentiment du maitre coq avant. Jehans l’apprit à ses dépend, mais cette leçon il la retiendrait longtemps.

Le reste du voyage fut très différent et ce fut seulement les mantras qu’il avait apprit qui le sauvait d’une autre bévue. À l’aube d’une journée la voie criarde du jeune mousse de la vigie, Jimmy, annonçait la terre en vue. Une grimace défigurait le visage pâle du rôdeur, il n’avait jamais été aussi heureux d’entendre la voie d’un humain.

Restait maintenant le plus difficile à accomplir, même si sa quête semblait anodine, être accepté sur une île est déjà pas évident, avait-il entendu parlé, de plus, lui qui détestait les humains, devrait exploiter toute ses ressources pour les éviter au maximum. Il se souvint des paroles de Vela de Torm comme si elle était présente.

" Il y a trois vérités qui sont absolues et qui ne peuvent jamais être perdues, bien qu'elles puissent demeurer inexprimées faute de langage ".

Elles sont présentées ici dans ces simples mots :

" L'âme de l'être est immortelle, et les promesses de son avenir sont celles d'une chose dont le développement et la splendeur n'ont pas de limites.

" Le principe qui donne la vie réside en nous comme en dehors de nous, il est hors d'atteinte de la mort, et éternellement bienfaisant ; on ne saurait l'entendre, ni le voir, ni en sentir le parfum, mais il peut être perçu par celui qui désire cette perception.

" Chaque être est à lui-même, d'une manière absolue, son propre législateur, le dispensateur de la gloire ou de l'obscurité qui lui revient, l'arbitre souverain de sa vie, de sa récompense et de son châtiment.

" Ces vérités — aussi grandes que la vie elle-même — sont aussi simples que le mental de l’être le plus simple. Fais-en la nourriture des affamés ".

Il suivrait ces trois vérités qui étaient dans le même sens que le serpent monde et de celui de Lendys. Il progresserait vers sa voie, celle qu’il c’était autorisé.

Une réponse rieuse lui susurrait dans l’esprit.

« Le guerrier de la foi fait des rêves. Ses rêves le font avancer. Mais il ne commet jamais l’erreur de penser que le chemin est facile et que la porte est large. »

L’Île au loin, lui laissait imaginer bien des choses et il n’en retint aucune, sachant très bien que ses pas étaient guidé sur le sentier qu’il c’était choisi, mais que la vie rirait de lui à sa façon. Il devra alors, en rire ou en pleurer. Wyrm auprès de lui semblait aussi heureux que son maitre de bientôt toucher terre, ce chien loup c’était comporté d’une façon exemplaire sur le navire, il l’avait si bien servi avant ce voyage puis il le servirait encore plus sur cette île, lui son fidèle et unique compagnons jusqu’à ce jours. Jehans le traitait mieux que lui même, du moins, mieux qu’il l’avait été, par le grugach.

La brise apportait des effluvent de l’île, croyait-il y percevoir des différences florales, que les yeux fermé il commençait à se fabriquer des images de la luxuriante forêt qui devait recouvrir l’île, voir des rivières d’un bleu unique, découvrir cette faune insulaire, y vivre le temps qu’il lui faudrait pour ce parfaire. En ouvrant les yeux il vit encore plus proche l’île qui l’attendait, un rarissime sourire apparut sur les commissures de ses lèvres minces, asséché par le soleil et l’air salin. Même s’ils n’avaient pas rencontrer d’ondines pendant la traversée il se disait qu’il avait peut être sur cette île, une douce qui l’attendait, car Jehans Thérapeute était à un âge ou les plaisirs commençaient à le travailler et cette traversée entouré de mâles alpha n’avait pas été enclin au plaisir.

Restait maintenant les derniers miles marins à parcourir, tout son être reprenait tranquillement ses sens et la patience se faisait plus difficile. Il devait travailler doublement pour ce contenir en émotion, car l’approche d’un nouveau monde lui faisait vivre de merveilleux moment.


_________________
N'est pas mort ce qui à jamais dort et au long des siècles, peut mourir même la mort.

Fiche Jehans
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Une partie du rêve du guetteur secret.
MessageMessage posté...: Dim 26 Juil 2020, 14:03 
Apprenti aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Jeu 18 Juin 2020, 02:39
Messages: 17
PX:
Un départ, ça ressemble toujours à une désertion.
(Titre du chapitre 3 du livre des morts)

Il y avait au loin, de l’espoir. Le capitaine Xarys était pour la première fois à la barre à roue sur la dunette, scrutant l’horizon pour l’approche à effectuer en toute sécurité. Le bosco gueulait les ordres aux matelots d’abattre certaines voilures et Jehans qui était à rouler en tas bien pensé les cordages, s’effectuait tout en gardant un œil sur l’île qui approchait de plus en plus. L’approche était rendue à l’amarrage et aux dernières manœuvres que la voix criarde et détestable de Jimmy du haut de la vigie se fit entendre, il annonçait que le port était vide ainsi que le reste des rues visibles.

Xarys terminait l’approche puis vint le moment d’amarrer, Jehans s’occupait de l’amarre avant, de la garde avant descendante ainsi que de la traverse avant, mais personne sur le quai pour les prendre. Suite aux ordres crus du bosco, un habile marin s’élançait, souple, en force et précis, directement sur le quai pour y recevoir les amarres pour ensuite y stabiliser correctement le Gorgan à quai.

Une fois réalisé, il restait tous les préparatifs à effectuer et Jehans fut mit à contribution avant de se voir dégager de ses fonctions. Durant ce cours temps il s’efforçait de bien faire le travail qu’il avait à effectuer puis la voix rêche du bosco le relevait de ses fonction, ni plus ni moins.

Le jeune rôdeur appelait Wyrm auprès de lui, allait prendre ses rarissime effet personnelle puis allait remercier l’autre demi-drow du navire qui l’avait aidé pour ce voyage. Ce fut bref, un simple regard, un abaissement de son arcade sourcilière gauche en guise de signature puis en retour, SSymyrr le demi-drow lui remit une baleine sculptée dans un morceau de bois tendre. Le petit pendentif y était à peine dégrossi laissant sous entendre que Jehans devrait le terminer. Le jeune demi-drow restait quelque peu surpris puis comprit que son compatriote aurait possiblement aimer descendre du navire avec lui, mais que les engagements entreprit auprès du Gorgan, le retenait à bord. Le nouveau futur insulaire laissait un sourire apparaitre et lui déposait sa main droite sur l’épaule, fut là son remerciement.

Lorsqu’il s’apprêtait pour quitter le navire, Jehans remarquait qu’aucun marin n’avait déchargé la moindre caisses ou cargaison destiné à l’île. Le jeune rôdeur observait une dernière fois les marins qui s’emblaient tétanisé et jehans mit cette réaction étrange à un sévices du bosco qui opérait depuis leurs départ, sur la peur.

Seul devant lui la passerelle nouvellement déposée sur le quai qui lui semblait un pont insurmontable puis doucement un nouveau sentiment le prit d’assaut, il se sentait plus libre, léger et emplit d’un courage jamais ressentit jusqu’a ce jour. Il prit une grande inspiration de cette air portuaire, ordonnait à Wyrm d’être au pied puis fit son premier pas sur cette passerelle qui deviendrait du passé. L’aventure commençait sur cette île qui lui semblait déserte. * Serait-il trop tôt ?* Se questionnait-il, faisant son deuxième pas.


_________________
N'est pas mort ce qui à jamais dort et au long des siècles, peut mourir même la mort.

Fiche Jehans
Haut
   
 
 [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: