Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Dim 25 Aoû 2019, 05:12


Règles du forum


Image


 [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Mai'Atril, venu de l'autre côté de la porte
MessageMessage posté...: Jeu 15 Nov 2018, 13:35 
Aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Jeu 15 Nov 2018, 13:01
Messages: 53
Localisation: nancy
PX:
Citation:
Maitre de jeu : Chapour l’Avisé


Nom : Mai’Atril
Alignement : Neutre strict
Race : Silvan
Âge : 123 ans
Taille : 1,74 m
Poids : 54 kg
Sexe : masculin
Classes : Ninja 1
Divinité : Fenmarel Mestarine
Région : plan astral (Githmir)
Vitesse de déplacement au sol : 9 m, soit 6 cases, par round
Expérience : 1 000 / 3 000

Caractéristiques
    Force : 10 (+0)
    Dextérité : 18 (+4)
    Constitution : 10 (+0)
    Intelligence : 14 (+2)
    Sagesse : 18 (+4)
    Charisme : 10 (+0)

Points de vie : 6 (1d6 + 0 (constitution))

Combat
Classe d’armure : 18 = 10 + 4 (dextérité) + 4 (sagesse, bonus à la CA)
Contact : 18 = 10 + 4 (dextérité) + 4 (sagesse, bonus à la CA)
Pris au dépourvu : 14 = 10 + 4 (sagesse, bonus à la CA)

Initiative : +4 = 4 (dextérité)

Frappe éclair : +1d6 (ninja 1)
Réserve ki : 5 = 1 (ninja 1) + 4 (sagesse)

Corps à corps : +0 = 0 + 0 (force)
  • Ninjato de maitre : +1 / 1d6 / 19-20/×2
Distance : +4 = 0 + 4 (dextérité)
  • Arbalète de poing de maitre : +5 / 1d4 / 19-20/×2 / 9 m
  • Shuriken : +4 / 1d2 / ×2 / 3 m

Jets de sauvegarde
    Jet de réflexes : 6 = 2 + 4 (dextérité)
    Jet de vigueur : 0 = 0 + 0 (constitution)
    Jet de volonté : 4 = 0 + 4 (sagesse) ; +2 si réserve de ki inépuisée (pouvoirs ki, ninja), +2 contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements (racial)

Langues connues
  • Commun
  • Elfique
  • Githyanki
  • Sylvestre

Aptitudes de classe

Pouvoirs magiques

Dons

Caractéristiques raciales
  • +4 dextérité, +2 sagesse, +2 charisme, –2 force, –2 constitution
  • Vision nocturne : Mai’Atril peut voir deux fois plus loin que les humains dans des conditions de faible luminosité (clarté de la lune ou des étoiles, torche, etc.). Dans ces conditions, il distingue toujours parfaitement les couleurs et les détails.
  • Vitesse de déplacement de base : 9 m par round
  • Sommeil : immunité contre les sorts et effets magiques de type sommeil. Les elfes ne dorment pas, ils méditent. Cette transe quotidienne dure au minimum 4 h et n’est pas exempte de rêves.
  • Bonus raciaux :
    • +2 aux jets de volonté contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements.
    • +2 aux tests de détection, fouille et perception auditive.
  • Maniement des armes : tous les elfes savent manier soit l’épée longue, soit la rapière, ainsi que les arcs courts et longs (composites ou non).
  • Passages secrets et portes dissimulées : à 1,50 m, un test de fouille est automatiquement effectué.
  • Sang elfique : ils sont considérés comme des elfes à part entière pour ce qui est des pouvoirs et effets spéciaux. Les silvans peuvent par exemple utiliser des armes et objets magiques elfiques avec autant d'efficacité que les elfes eux-mêmes.
  • Pouvoir magique (Mag) : un silvan peut utiliser repli expéditif une fois par jour à un niveau de lanceur de sorts égal à son niveau de personnage.
  • Ajustement de niveau : +1

Compétences
32 = (6 (ninja) + 2 (intelligence)) × 4 (niveau 1)

  • Liées à la force :
      Saut* : 4 = 4 + 0 (force)
      Escalade* : 6 = 4 + 0 (force) + 2 (matériel d’escalade)
      Natation* : 1 = 1 + 0 (force)
  • Liée à la dextérité :
      Acrobaties : 7 = 3 + 4 (dextérité)
      Crochetage : 5 = 1 + 4 (dextérité)
      Déplacement silencieux* : 6 = 2 + 4 (dextérité)
      Discrétion* : 6 = 2 + 4 (dextérité)
      Équilibre* : 8 = 4 + 4 (dextérité)
      Équitation* : 4 = 0 + 4 (dextérité)
      Escamotage : 8 = 4 + 4 (dextérité)
      Évasion* : 5 = 1 + 4 (dextérité)
      Maitrise des cordes* : 5 = 1 + 4 (dextérité) (+ 2 (corde de soie))
  • Liée à la constitution :
      Concentration* : 1 = 0 + 1 (constitution)

  • Liées à l’intelligence :
      Art de la magie : — = 0 + 2 (intelligence)
      Art martial : — = 0 + 2 (intelligence)
      Art psi : — = 0 + 2 (intelligence)
      Artisanat (fabrication de poison)* : 2 = 0 + 2 (intelligence)
      Artisanat (autre)* : 2 = 0 + 2 (intelligence)
      Connaissances (toute) : — = 0 + 2 (intelligence)
      Contrefaçon* : 2 = 0 + 2 (intelligence)
      Décryptage : — = 0 + 2 (intelligence)
      Désamorçage/sabotage : 3 = 1 + 2 (intelligence)
      Estimation* : 2 = 0 + 2 (intelligence)
      Fouille* : 5 = 1 + 2 (intelligence) + 2 (racial)
      Prime idiome : — = 0 + 2 (intelligence)
  • Liées à la sagesse :
      Autohypnose : — = 0 + 4 (sagesse)
      Détection* : 7 = 1 + 4 (sagesse) + 2 (racial)
      Perception auditive* : 7 = 1 + 4 (sagesse) + 2 (racial)
      Premiers secours* : 4 = 0 + 4 (sagesse)
      Profession (autre) : — = 0 + 4 (sagesse)
      Psychologie* : 4 = 0 + 4 (sagesse)
      Survie* : 4 = 0 + 4 (sagesse)
  • Liées au charisme :
      Bluff* : 0 = 0 + +0 (charisme)
      Déguisement* : 0 = 0 + +0 (charisme)
      Diplomatie* : +0 = 0 + +0 (charisme)
      Dressage : — = 0 + +0 (charisme)
      Intimidation*0 : +0 = 0 + +0 (charisme)
      Renseignement* : 0 = 0 + +0 (charisme)
      Représentation (toute)* : 0 = 0 + +0 (charisme)
      Utilisation d’objets magiques : — = 0 + +0 (charisme)
      Utilisation d’objets psioniques : = 0 + +0 (charisme)

En gras, les compétences de classe et avec un astérisque, les compétences admettant un test inné (utilisables même avec un degré de maitrise égal à 0).

Équipement
  • Habit de moine (0 kg ; 0 po)
  • Sac à dos (1 kg ; 2 po)

    Dans le sac à dos (10,75 kg) :
  • 10 carreaux (0,5 kg ; 1 po)
  •  shurikens (0,25 kg ; 1 po)
  • Outre (2 kg ; 1 po)
  • Grappin (2 kg ; 1 po)
  • Corde en soie de 15 m (2,5 kg ; 10 po)
  • Matériel d’escalade (2,5 kg ; 80 po)
  • Silex et amorce (— ; 1 po)
  • 2 rations de survie (2×0,5 kg ; 2×0,5 po)

    Sur l’elfe, apparent (3 kg) :
  • Arbalète de poing de maitre (1 kg ; 400 po)
  • 10 carreaux d’arbalète (1 kg ; 1 po)
  • Ninjato de maitre (1 kg ; 310 po)

    Sur l’elfe, dans les poches et plis de la tenue (1 kg) :
  • 10 shurikens (0,5 kg ; 2 po)
  • Outils de cambrioleur (0,5 kg ; 30 po)
  • Bonbon de soin (— ; 30 po)
  • Or possédé : 2 pp 7 po 8 pa

Poids total de l’équipement : 15,75 kg (charge légère)
  • Charge légère : jusqu’à 17,5 kg ;
  • Charge intermédiaire : de 17,5 kg jusqu’à 33 kg ;
  • Charge lourde : de 33 kg jusqu’à 50 kg.

Background :
Il s'appelle Mai’Atril.

Il est âgé d'à peine quelques minutes…. Dans ce bas monde. C'est un elfe, ou plus exactement un silvan et il a reçu un enseignement elfe, et ninja. Son histoire commence maintenant… ou presque.

Arrivé à destination...mais laquelle?

Il semble être seul mais il ne sait pas où. Il fait si froid, l'air est humide, et pour couronner le tout, Mai'Atril a le haut de son abdomen qui se tord et le fait souffrir. Il a des vertiges, et sa vue se brouille. Sa gorge est sèche et sa salive se fait rare. S'il n'avait pas été prévenu, il serait terriblement inquiet. Mais au contraire, ces sensations le comblent de joie et d'excitation. Il a faim et soif, il ne connaissait pas cet état. Mais ça veut dire une chose. Il a, de toute évidence, quitter le plan Astral. Pas de chaleur intense, et le froid est supportable. Il n'est pas incroyablement lourd, il ne flotte pas dans l'air. Tout porte à croire qu'il a rejoint le plan matériel. Il semble se trouver dans une grotte. Il ne voit pas de lueur aux alentours pour le moment. Il va devoir trouver de quoi se nourrir. Dans un premier temps, il se dirige vers une énorme stalactite ou pointe une grosse goutte d'eau. Il s'apprête à s'en contenter, mais juste en dessous, la roche a été creusée en cuvette. Pour la première fois de sa vie, il boit, il se désaltère. N'écoutant pas ce que son corps lui dicte, il boit plus que de raison, et ressort tout ce qu'il a absorbé mêlé de bile dans la foulée. Il va devoir apprendre à se sustenter. Et ces décennies où son système digestif a été mis au repos semble rendre ce dernier fragile et exigent. Il a fait ce que des milliers des siens ont fait avant lui il y a des siècles… Il a fui le plan Astral. Il part de zéro. Il ne connait rien, ni personne de ce monde. Il a été mis en garde.

- Ne faire confiance à personne. Certains des nôtres seront là. Peut-être en croiserons-nous. Mais nous ne savons même pas ce qu'ils sont devenus. Qui sont-ils devenus.
Le discours de son père auprès de la communauté était plein de méfiance, de pessimisme. Mais comment faire autrement après avoir été laissé à l'abandon pendant ces éons alors que le plus gros du peuple silvan s'était échappé du plan Astral. Probablement aidé par d'autres elfes du monde matériel.

Expatriés, ou plutôt apatrides

En effet, certains n'étaient pas parvenus à s'évader. Parmi la colonie de silvans qui peuplait jadis le plan Astral au côté des githyankis. Ces malheureux étaient restés là alors que les githyankis devenaient de plus en plus puissants, libérés du joug des flagelleurs mentaux.
Ils furent un à un capturés et réduits à l'esclavage par ces derniers. Ils n'avaient pas pu ou parfois pas voulu suivre la grande évasion, espérant profiter d'un lieu où ils n'y avaient ni vieillesse, ni faim, ni soif. Ceux-là avaient choisi d'ignorer la menace, persuadés pouvoir vivre indépendamment des puissances qui étaient à l'œuvre, coupables du pécher de vanité.
Natif du plan astral, Mai'atril connaissait l'histoire de son peuple. Il était né captif, mais ne savait pas pourquoi; il ne savait pas si ses ancêtres directs étaient restés par vanité, ou par sacrifice pour sauver le reste de la colonie. Le fait qu'on lui ait caché le rendait pessimiste sur la probable vérité.
Même s'il vivait au milieu des siens, dans un village dirigés par les siens, c'est bien de servitude dont il s'agissait. Tous réduits à travailler sur ces terres, ou du moins sur ce qui ressemblaient à des résidus de terre, à réaliser l'impensable, à savoir cultiver sur ces masses informes un ectoplasme infecte au profit de ces ordures de githyankis. Impossible de cultiver quoique ce soit d'autres. Si ces githyankis avaient besoin de tant de matière, c'était pour leurs missions hors du plan astral, du moins c'est ce que supposait son père. Parce que, pas de problème de faim ici.
Leurs seigneurs avaient besoin d'eux car on vieillissait normalement ici au centre de cette île, et surtout, il y régnait une gravité perturbée, changeante, aléatoire. Parfois on pouvait flotter, marcher la tête en bas, et lorsqu'on se rapprochait du centre, cette gravité, le plus souvent, augmentait, et augmentait encore, parfois même en restant au même endroit. On se sentait lourd, et le moindre pas demandait un effort colossal, vos oreilles bourdonnaient, et vos yeux faisaient mine de sortir de leur orbite pour s'affaler sur le sol en une flasque difforme.
Voilà le terrain de jeux ou avait grandi Mai'atril. Sans aucun espoir de grandir, autrement, sans aucune ambition possible. Pas de plan d'évasion, ce n'étaient tous que des paysans, des serfs sans nulle part où aller. Les githyankis leur avait légué des terres pour y construire leur village, non loin des champs, mais à des lustres de la moindre mare de couleurs, de la moindre opportunité de changer de plan, même aléatoirement. Illusion de propriété, gage du niveau de perversité de leurs géoliers.

Se préparer en secret

Ils sont seuls maintenant dans leur vétuste dortoir. Leurs mains sont calleuses, leurs traits tirés. Leur famille est en train de dormir. Il y a là de jeunes enfants, qui comme les autres ont passé la journée dans les fermes de g''lathk dirigés de mains de fer par ces fermiers githyanki. Seuls les hommes ne dorment pas et chuchotent pendant leur temps de repos.


-Ce n'est pas un avenir qu'on peut accepter pour nos enfants. Les missions extérieures semblent se multiplier, les cadences de production aussi. Dorénavant nos enfants doivent travailler de plus en plus jeunes dans les cultures naines pendant que nous nous tuons à la tache sur les plaines des dieux morts à ramasser le fungus. Nous avons des enfants qui vont être en âge de pouvoir prendre les armes, préparons les en secret

Le nouveau venu, seul humain dans la hutte se manifeste. Il ne dormait pas. Les silvans paniquent, persuadés qu'ils vont être trahis par ce nouvel esclave bien énigmatique depuis son arrivé. Malgré un corps décharné par la faim, et un dos déformé probablement par une mauvaise chute, il doit sa vie à son agilité au champ lorsqu'il s'agit d'escalader les falaises aux sols meubles faites de masses ectoplasmiques.

-Il me reste bien moins de temps que vous à vivre, malgré le temps qui défile au ralenti ici. Mais j'ai appartenu à un ordre secret de combattant. Je vais vous apprendre ce que je sais, et vous leur apprendrez. Il faudra me préserver la journée. Faites travailler vos jeunes plus tôt, aguerrissez-les.

Les silvans écoutaient attentivement. La plupart n'avait rien connu d'autre que des siècles de servitude. Et tout à coup, cet humain leur apportait une note d'espoir, si infime soit-elle.
Et c'est ainsi qu'une bande de silvans réduits à une quasi-éternité de servitude créèrent un ordre secret eu nez et à la barbe de leur maitre githyanki…

Première sortie…tragique "gravité"

Il était en âge d'aller aux champs. Il avait 90 ans maintenant. Jusqu'à maintenant, il travaillait dans une sorte d'usine à plantation, avec les autres enfants, où, par un procédé miracle, leurs maitres et bourreaux faisaient pousser dans des réservoirs d'eau et de matière ectoplasmique des plantes malgré l'absence de lumière. Il les taillait, chasser la moindre poussière, et avait appris à exploiter le moindre bourgeon.
Sa première journée au champ, il la passa avec Patrick patte-velue. Le vieillard ne devait pas son nom aux nombreux poils gris qui envahissaient le dos de ses mains, mais plutôt à son habilité passé à escalader le moindre mur, tel un arachnide. Depuis peu, le jeune Mai'atril passait pas mal de temps chaque soir avec le vieillard ou un des anciens silvans de la tribu. Il empruntait une trappe secrète qui avait été emménagée derrière les latrines communes, ressortant parfois couvert d'excrément, et pendant quelques heures, il s'entrainait, mettait à l'épreuve son agilité, et maniait de curieuses armes faite de cordes et de bois.
Le bossu leur donnait de curieux enseignements, faits de discipline et de mouvements répétitifs. Et à force d'entrainement son pas était de plus en plus léger et silencieux. Il apprit comment puiser au plus profond de soi pour se dissimuler, s'extraire. Et à chaque fois, le vieil homme les impressionnait par sa capacité à se surpasser dans ses démonstrations malgré son âge avancé et ses forces qui l'abandonnaient à vue d'œil.
En plus des ateliers secrets animés par le vieux Patrick, la douzaine d'ado de la ferme suivait un entrainement et un enseignement dirigé par leurs anciens. Au menu, histoire et religion, le groupe, au fil des années, avait cultivé un culte pour Fenmarel Mestarine , perdus qu'ils étaient dans le plan Astral. Ils développèrent également une manière de passer maître dans l'art de la discrétion et de la détection. Son propre père lui avait appris à manier en parade, riposte et bottes en tout genre la rapière et l'épée longue. Hier soir, un des anciens leur montra une technique qui impressionna même le ninja. Après un rituel fait d'hyperventilation et de concentration, un des hommes forts du village, parcourut une courte distance à une vitesse impensable. Et ce serait une des prochaines choses qu'ils allaient apprendre à faire. Mai'Atril était emballé par cette idée.
Cette première journée, donc, le vieux Patrick profita du travail sur des sillons meubles et escarpés pour pousser l'adolescent dans ses retranchements.


-Tu es lourd, tu es pataud, profites de tes appuis, mais ne t'appuie pas plus que de raison. Je ne veux pas voir tes pas au sol.

S'il ne l'avait pas vu faire Mai'atril aurait cru entendre les divagations d'un vieux fou. Posant ses outils au pied d'un mamelon, s'allégeant de son sac, il montra à leur surveillant sa volonté d'escalader l'émergence qui leur faisait face. Le githyanki hocha la tête. Ouvrir une nouvelle route plus rapide ne pouvait être pour lui déplaire. Le jeune homme gravit pas à pas les villosités escarpées qui se dressaient devant lui. Il fit preuve d'explosivité et puisa dans une force nouvelle qu'il ne se connaissait pas pour réussir chacun de ses sauts. L'euphorie de ses succès déconcentra le silvan. Il ne se rendit pas compte de ce qui se passait. Une fois de plus, la gravité au centre de cette île devenait capricieuse. Le bossu s'en rendit compte, mais ne voulut pas interpeller son élève pour ne pas le déconcentrer. Mai'atril continuait sa progression même si il commençait à fatiguer. Il accéléra ses prises afin d'arriver en haut avant d'être trop épuisé. Mais tout à coup, le sol se déroba sous ses pieds, et une chute de plusieurs mètres dos vers le bas l'attendait. Le temps avant l'impact ne fut pas interminable. Il tombait vite, trop vite, trop lourd. Arrivé au sol, il entendit ses os se briser, mais pas une seule douleur. Au contraire, il se releva sans difficulté. Il comprit en se retournant. Ce n''était pas ses os qui s'était brisés, mais bien ceux de la colonne du vieux Patrick qui s'était rué sous lui. Le githyanki n'en avait pas perdu une miette et éclata de rire. Le vieux maitre se mit à rire également.

-Tu as réussi, tu as compris. Montre–moi que tu en vaux la peine.

Son sourire se figea. C'était fini

Un g''lathk plein d'ambition peut en cacher un autre

Depuis la mort de ce pouilleux d'humain, Sslanthalotl avait pris pour habitude de balader le jeune silvan qui s'était écrasé sur le vieillard. Ses capacités athlétiques le plaçaient à part, et son attitude irréprochable de soumission rendait le fermier fier de son esclave, ou plutôt fier de lui-même d'avoir une telle bête à sa merci. Dans les premiers temps silencieux, le jeune silvan, à la demande du g"lathk était désormais plus loquace, alternant les langues employées, permettant au fermier de travailler son parler elfique et commun. Il espérait à terme prétendre à un poste plus honorifique que la gestion des fermes. Afin de relancer la curiosité du jeune elfe, il lui parlait parfois en githyanki et s'amuser de le voir froncer les sourcils et hausser les épaules en faisant mine de ne rien comprendre.
Il ferma les yeux sur les mises en garde de son collègue auprès duquel il n'avait pu s'empêcher de s'en vanter. C'était un ancien prestigieux guerrier à la retraite suite à une blessure de guerre incapacitante, et depuis lors, et à jamais, aigri par la vie surtout parce qu'il devait maintenant se contenter de ce poste sans intérêt à ses yeux, et loin de la grande vie de prestige qu'il avait pu vivre auparavant.
Il n'y avait aucun risque d'évasion, Mai'Atril ne saurait même pas où aller. Il était prisonnier de ce plan, car ne connaissait aucun magicien, n'avait aucune richesse et ne connaissait pas les destinations des différentes portes inter-dimensionnelles qu'on pouvait trouver à Githmir. En emprunter une au hasard aurait été suicidaire. A tous les coups, Lasthsissyl était tout simplement jaloux du réseau de relation que Sslanthalotl commençait à se construire dans la cité marchande et même dans la cour la cité mère Tu’narath grâce à la qualité de ses productions et aux résultats de ses recherches sur les cultures en milieu à gravité aléatoire. Depuis tout petit, il avait rêvé être un érudit au service de sa majesté la Reine-liche. Malheureusement, une malformation au niveau de ses lèvres lui avait rendu la tâche difficile dans l'apprentissage de nouvelles langues et ainsi, injustement, malgré son intelligence, fermé les portes des hautes institutions githyankis. Il devait donc se contenter d'un poste peu glorifiant même si d'une importance capitale. Mais aujourd'hui, ses efforts et sa persévérance était sur le point de payer. Il allait bientôt pouvoir présenter ses travaux aux grands M'lar de la grande cité, à savoir les grands maitres bâtisseurs, alliant magie et génie architectural pour conserver la splendeur de la forteresse de leur reine.

la cité marchande de Githmir


Le voyage inter planaire n'avait pas été fatiguant pour tout le monde. Mais quoiqu'il en soit, le spectacle qui s'offrait aux yeux de la caravane était au-delà de ce que l'entendement pouvait concevoir. Il se dressait devait eux une forteresse qui défiait tous les lois de la gravité, à juste raison d'ailleurs. Il y avait toutefois, à l'aile Est un chaos indescriptible. Les murs n'étaient plus et des milliers d'ouvriers humains, kobolds, gobelins, mais aussi orques elfes ou nains s'employaient, encouragés à grands coups de bâtons ou de fouets par de nombreux githyanki
Une imposante porte d'entrée, une zone d'accueil en guise de SAS, une solide herse ouvrant sur un marché qui semble s'étendre à perte de vue, et perché sur une carriole , un humain bedonnant donne de la voix pour accueillir les nouveaux arrivants. Il porte une espèce de toge bariolée et un énorme pendentif en or à l'effigie de Vlaatkith au bout d'une chaine en or qui s'affiche au milieu de sa panse


-Bienvenus voyageurs dans la cité marchande de Githmir. Un des joyaux de la société githyanki. Ici tout s'achète, tout se vend, et même son altesse sérénissime Vlaakith la grande reine-liche garde un œil bienveillant sur ce qui s'y trame. Presque toutes les races sont les bienvenues ici. Un seul sésame, le commerce. Mais attention étrangers, restez dans les travées qui vous sont autorisées et respectez ces lieux. Vous repartirez forcément avec ce que vous cherchez, matériaux et composantes en tout genre, créatures à votre service ou à vos sévices, objets rares, et précieux, services obscurs, tout est négociable à qui peux payer. Et je peux être le guide de quiconque saura me convaincre

Son discours terminé en une demi-douzaine de langues, des gardes githyanki font le tour du convoi, inspectent les chariots, en fouillent quelques-uns au hasard. La porte se ferme, et la herse s'ouvre. Une fois la zone vidée, la porte d'entrée s'ouvre à nouveau. Il y a déjà beaucoup de monde qui attend derrière.

Bienvenus voyageurs dans la cité marchande de Githmir…..

Mai'Atril suivait son maitre, les yeux rivés au sol. Lever la tête et observer ce qu'il s'y passait pourrait lui coûter la vie. Aussi bien de la main de son maitre que de celle de n'importe quel garde. Il le savait bien. Malgré tout, le peu qui parvenait à son champ visuel était époustouflant de splendeur et de noirceur également. Et le brouhaha incessant de la cité lui martelait la tête. On était bien loin du calme des fermes placées en périphéries.

Une providence inattendue


Pour Lasthsissyl , l'idée de voir son collègue, un avorton, malformé de naissance, ne connaissant rien de l'esprit de conquête githyanki, des combats qui avaient permis leur paisible vie d'aujourd'hui, gravir les échelons et obtenir ses entrées à la cour de la reine, au nez et à sa barbe lui était insupportable. Mais après tout, peut-être que ce prestige pourrait également l'éclabousser un peu. Les silvans avaient bien travaillé aujourd'hui. Le comportement un peu trop clément de son collègue donnait de bons résultats dans le rendement des esclaves. Les jeunes, surtout, ne rechignaient pas à la tâche. Mais il se gardait bien d'en faire part à son collègue. Ils étaient en train de faire le point sur les stocks et les besoins pour les semaines à venir. Ils allaient devoir retourner à Githmir bientôt. Et comme d'habitude, Sslanthalotl s'était désigné sans demander l'avis à son collègue. Excédé, Lasthsissyl prétexta un léger malaise pour sortir de la pièce et marcher un peu autour de la ferme. Au bout de quelques minutes, il se plaqua au sol. Un des plus jeune silvan se dirigeait vers les latrines. Plutôt étonnant à cette heure tardive d'avoir ce genre d'urgence alors qu'ils n'avaient pas besoin de s'alimenter. Encore plus étonnant, c'est qu'il semblait surveiller les alentours au lieu. Le vieux guerrier se tapit de plus belle et attendit quelques instants. L'enfant avait disparu. Il s'approcha discrètement des latrines, et découvrit une trappe au milieu des excréments restée entre-ouverte. Il tendit l'oreille. Il avait pu, depuis qu'il était en poste, acquérir quelques notions primitives de la langue elfique. Et même s'il lui était impossible de le parler, il comprit quelques mots qui ne le rassuraient pas. "Mare de couleurs*" "se nourrir" "sensation de faim, de soif". L'esprit de déduction du vieux guerrier n'était pas suffisamment encorné par ces années de pacifisme forcé. Il semblait se tramer un plan massif d'évasion pour le plan matériel. Il devait en informer Sslanthalotl.
Quelques heures plus tard, Mai'atril s'était affairé. Il était prêt pour retourner à la cité marchande. Il fut surpris d'être rejoint devant son dortoir par Lasthsissyl. Mais qui était–il pour poser des questions. Il redoubla de comportement de servitude au contact du vieux guerrier, qui n'était jamais avare de coups de bâtons bien placé. Il tirait la charrette sans rien dire. Arrivés dans la cité, le githyanki le laissa dans une petite artère sans issue situé entre le marché aux esclaves et les échoppes magiques. Il n'était jamais venu par ici au cours des 3 autres missions dans la ville. Il lui fit mine d'attendre devant une lourde porte qui dénotait avec le caractère exigu et peu fréquenté de la ruelle, et disparut dans la cohue de la rue principale Au bout de quelques minutes, cette dernière s'ouvrit. Il en sortit un humanoïde encapuchonné, dague à la main qui lui adressa la parole en elfique.


-Alors comme ça on veut s’échapper, hein ? Hors de question que tu empruntes cette porte. Tu sais ce que ça rapporte la capture d'un tueur de githyanki ici?

Ce qui semblait être un demi-elfe noir se tenait devant lui. Et derrière, il y avait ce qui ressemblait probablement à une porte inter-dimensionnelle. Il ne comprenait pas ce que ce dernier voulait dire. Étudiant les alentours, il aperçut dans le chariot un des kama fabriqués pour l'entrainement. L'intelligence du jeune homme fut rapidement à l'œuvre. Lasthsissyl avait découvert leur petit secret. Il l'avait piégé. Mais qui était mort? Sslanthalotl? Pourquoi? Mai'Atril avait autre chose à faire que de chercher des réponses. Il se saisit de l'arme. Le roublard voulut en profiter pour lui porter un coup avec sa dague. Mais il fut surpris de la rapidité de son adversaire. Le ninja faucha ses jambes avec son curieux bâton avant de sauter et d'escalader quelques mètres sur le mur pour se retrouver au-dessus de l'assassin. Un rapide coup d'œil vers la rue principal, il aperçut des gardes qui se précipitaient vers eux. Sans réfléchir, il bondit sur le roublard qui lui barrait le passage et l'entraina dans sa chute à travers la porte. Ils furent tous deux aspiré dans un tourbillon d'une violence inouïe. Mai'atril eut cent fois l'impression que son corps allait se disloquer. Finalement, il chuta lourdement sur de la terre ferme, plus ferme que ce qu'il n'avait jamais connu.

* Un grand nombre d'ouvertures, appelées « mares de couleur », relient le plan Astral aux autres plans. Les mares de couleur sont des disques irréguliers d'une couleur particulière flottant dans l'immensité du plan Astral. La couleur de la mare indique au voyageur astral le plan qui se trouve de l'autre côté.

Description :
Au premier regard, cet elfe est très grand pour sa race et plutôt maigre.
Il porte une tenue de couleur sombre complexe mais de facture modeste : un pantalon gris, presque noir plutôt ample, mais plaqué à mi-cuisse et à mi- mollet par de solides sangles noires .Sur le torse, il porte une sorte de tunique à capuche bleu nuit, non moins ample qui cache son visage et tombe jusqu’à mi-cuisse. Elle n’est pas juste-au-corps, mais plutôt une combinaison désorganisée de pans de tissu les uns sur les autres, et justes disciplinés par les mêmes bandelettes à la taille et autour des biceps. Il est chaussé de sandales en cuir avec des chaussettes qui montent jusqu'aux chevilles, le gros orteil séparé des autres. En bandoulière, il porte une épée dans un fourreau de belle facture, du même bleu-nuit que sa tunique. La silhouette laisse deviner un corps d’une grande maigreur mais bien dessiné.
Pour ceux qui ont la chance de le voir en mouvement, ses gestes sont précis, et il fait preuve d’une grande souplesse pour quelqu’un de sa taille. Quelques franges platine dépassent de sa capuche, les cheveux étant attachés en arrière. Les yeux de l’elfe sont envoutants. Il aurait pu être probablement d’une grande beauté si son visage ne suivait pas la tendance du reste du corps, à savoir des traits creusés et des yeux quasi globuleux au traits surnaturels laissant apparaitre çà et là autour des orbites un angoissant scintillement et une absence complète de pupille.



_________________
«Il ne faut ni de si, ni de mais, il faut réussir.»
Sa fiche

Autre perso:Revenj


Dernière édition par Mai'Atril le Ven 16 Nov 2018, 03:21, édité 3 fois.
Haut
   
 
 [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: