Heures au format UTC + 1 heure


Nous sommes le Ven 16 Nov 2018, 10:56


Règles du forum


Image


Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Itarillë, Étincelle du changement le retour
MessageMessage posté...: Ven 03 Aoû 2018, 10:23 
Aventurier de passage
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 30 Juil 2018, 21:29
Messages: 29
Nom : Itarillë
Alignement : Chaotique neutre
Race : Elfe sauvage
Âge : 112 ans
Taille : 1,75 m
Poids : 50 kg
Sexe : féminin
Classes : Ensorceleur 1
Divinité : Rillifane Rallathil
Région : Wealdath

Statistiques
Force : 10 (+0)
Dextérité : 14 (+2) (12 + 2 racial)
Constitution : 10 (+0)
Intelligence : 12 (+1) (14 – 2 racial)
Sagesse : 14 (+2)
Charisme : 16 (+3)

Statistiques défensives :

Points de vie : 4 (1d4 + 0 (constitution))
Classe d’armure : 12 = 10 + 2 (dextérité)
Contact : 12 = 10 + 2 (dextérité)
Prise au dépourvu : 10 = 10
Jet de réflexes : 2 = 0 + 2 (dextérité) ; 4 contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements (racial)
Jet de vigueur : 0 = 0 + 0 (constitution) ; 2 contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements (racial)
Jet de volonté : 4 = 2 + 2 (sagesse) ; 6 contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements (racial)


Diverses autres statistiques :

Initiative : +2 = 2 (Dex)
Vitesse de déplacement au sol : 12 m (9 m de base + 3 m du don pied léger en charge légère et moyenne), soit 8 cases, par round
Charge transportable : légère de 0 à 17,5 kg, intermédiaire de 17,5 kg à 33 kg et lourde de 33 kg à 50 kg
Poids transporté actuel : 17 kg (charge légère)
Expérience : 0 / 1 000


Agression :

    Corps à corps : +0 = 0 + 0 (force)
  • Épieu : Dégâts : 1d6 Critique : ×2
    Distance : +2 = 0 + 2 (dextérité)
  • Épieu : Dégâts : 1d6 Critique : ×2 Portée : 6 m
  • Arc court : Dégâts : 1d6 Critique : ×3 Portée : 18 m


Langues connues
  • Commun
  • Elfique
  • Sylvestre
  • Chondathien


Aptitudes de classe


Sorts
Sorts d’ensorceleur : 5/4, niveau 1 de lanceur de sorts. Le DD des sorts est lié au charisme : 16 + niveau du sort.
Liste des sorts connus :
  • Tours de magie : , , ,
  • Sort du 1er niveau : ,


Dons
  • (famillier)

Caractéristiques raciales
  • +2 dextérité, –2 intelligence
  • Vision nocturne : Itarillë peut voir deux fois plus loin que les humains dans des conditions de faible luminosité (clarté de la lune ou des étoiles, torche, etc.). Dans ces conditions, elle distingue toujours parfaitement les couleurs et les détails.
  • Vitesse de déplacement de base : 9 m par round
  • Sommeil : immunité contre les sorts et effets magiques de type sommeil. Les elfes ne dorment pas, ils méditent. Cette transe quotidienne dure au minimum 4 h et n’est pas exempte de rêves.
  • Bonus raciaux :
    • +2 aux jets de sauvegarde contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements.
    • +2 aux tests de détection, fouille et perception auditive.
  • Armes familières : formation au maniement de l’épieu et des arcs court et long. À la différence des autres elfes, les elfes sauvages affectionnent les armes qu’ils peuvent concevoir sans apport métallique ni forge.
  • Passages secrets et portes dissimulées : à 1,50 m, un test de fouille est automatiquement effectué.


Compétences
  • Liées à la force :
      Escalade* : 0 = 0 + 0 (force)
      Natation* : 0 = 0 + 0 (force)
      Saut* : 4 = 0 + 0 (force) + 4 (vitesse)
  • Liées à la dextérité :
      Acrobaties : — = 0 + 2 (dextérité)
      Crochetage : — = 0 + 2 (dextérité)
      Déplacement silencieux* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Discrétion* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Équilibre* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Équitation* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Escamotage : — = 0 + 2 (dextérité)
      Évasion* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Maîtrise des cordes* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
  • Liée à la constitution :
      Concentration* : 4 = 4 + 0 (constitution)
  • Liées à l’intelligence :
      Art de la magie : 5 = 4 + 1 (intelligence)
      Art martial : — = 0 + 1 (intelligence)
      Art psi : — = 0 + 1 (intelligence)
      Artisanat (tout)* : 1 = 0 + 1 (intelligence)
      Connaissances (mystères) : 5 = 4 + 1 (intelligence)
      Connaissances (autres) : — = 0 + 1 (intelligence)
      Contrefaçon* : 1 = 0 + 1 (intelligence)
      Décryptage : — = 0 + 1 (intelligence)
      Désamorçage/sabotage : — = 0 + 1 (intelligence)
      Estimation* : 1 = 0 + 1 (intelligence)
      Fouille* : 3 = 0 + 1 (intelligence) + 2 (racial)
      Prime idiome : — = 0 + 1 (intelligence)
  • Liées à la sagesse :
      Autohypnose : — = 0 + 2 (sagesse)
      Détection* : 4 = 0 + 2 (sagesse) + 2 (racial) | 7 dans l'obscurité (chouette pour familier)
      Perception auditive* : 4 = 0 + 2 (sagesse) + 2 (racial)
      Premiers secours* : 2 = 0 + 2 (sagesse)
      Profession (toute) : — = 0 + 2 (sagesse)
      Psychologie* : 2 = 0 + 2 (sagesse)
      Survie* : 2 = 0 + 2 (sagesse)
  • Liées au charisme :
      Bluff* : 3 = 0 + 3 (charisme)
      Déguisement* : 3 = 0 + 3 (charisme)
      Diplomatie* : 3 = 0 + 3 (charisme)
      Dressage : — = 0 + 3 (charisme)
      Intimidation* : 3 = 0 + 3 (charisme)
      Renseignement* : 3 = 0 + 3 (charisme)
      Représentation (toute)* : 3 = 0 + 3 (charisme)
      Utilisation d’objets magiques : — = 0 + 3 (charisme)
      Utilisation d’objets psioniques : — = 0 + 3 (charisme)

En gras, les compétences de classe et avec un astérisque, les compétences admettant un test inné (utilisables même avec un degré de maitrise égal à 0).


Équipement :
  • Sacoche à composantes (5 po ; 1,5 kg)
  • Épieu (1 po ; 1,5 kg)
  • Tenue traditionnelle elfe sauvage prix : ? poids : ?
  • Arc court (30 po ; 1 kg)
  • 20 flèches (1 po ; 1,5 kg)
  • Tente elfique (30 po ; 2,5 kg)
  • Sac à dos (2 po ; 1 + 8 kg) contenant :
    • Outre (1 po ; 2 kg)
    • Hache-marteau (1 po ; 1 kg)
    • Silex et amorce (1 po ; —)
    • Ficelle de 25 m (1 pa  ; —)
    • Couverture d’hiver (5 pa ; 1,5 kg)
    • Nécessaire de piquenique (6 pa ; 0,5 kg)
    • Sifflet (8 pa ; —)
    • 2 rations de survie (1 po ; 1 kg)
  • Or possédé : 0 po

Poids total de l'équipement : 15 kg (charge légère)


Famillier :
Chouette
Créature magique de taille TP
Dés de vie : 1d10 (2 pv)
Initiative : +3
Vitesse de déplacement : 3 m (2 cases), vol 12 m (moyenne)
Classe d’armure : 18 (+2 taille, +3 Dex, +3 naturelle), contact 15, prise au dépourvu 15
Attaque de base/lutte : +0/–11
Attaque : serres (+5 corps à corps, 1d4–3)
Attaque à outrance : serres (+5 corps à corps, 1d4–3)
Espace occupé/allonge : 75 cm/0 m
Attaques spéciales : —
Particularités : Esquive extraordinaire, transfert d’effet magique, lien télépathique, vigilance, vision nocturne
Jets de sauvegarde : Réf +5, Vig +2, Vol +4
Caractéristiques : For 4, Dex 17, Con 10, Int 6, Sag 14, Cha 4
Compétences : Déplacement silencieux +17, Détection +6*, Perception auditive +14, Art de la magie +2, Concentration +4, Connaissance (mystères) +2
Dons : Attaque en finesse
Facteur de puissance : 1/4
Alignement : neutre

Il s'agit d’une effraie classique, Itarillë s’est liée avec elle lors de son voyage vers Gemmaline.
Combat : La chouette fond discrètement sur sa proie, attaquant à l’aide de ses puissantes serres.
Compétences. La chouette bénéficie d’un bonus racial de +8 aux tests de Perception auditive, et d’un bonus racial de +14 aux tests de Déplacement silencieux.
* Au crépuscule et à la nuit tombée, elle bénéficie également d’un bonus racial de +8 aux tests de Détection.



Background :
Itarillë, étincelle du changement


Souvenirs

Kila regardait les vallées et les collines que les courbes d’Itarillë formaient. Au gré des jeux de la lumière filtrée par la luxuriante frondaison des arbres, celles-ci se confondaient avec l’amas rocheux sur lequel somnolait Itarillë. Au pied du piton granitique et de ses semblables serpentait une rivière cristalline, qui s’élargissait parfois en de profonds trous d’eau. L’elfe dormait au centre de l’une de ses marmites.
Le sensuel spectacle qu’incarnait l’objet de sa contemplation n’évoquait pas la moindre envie chez le jeune. Il ne l’avait jamais désiré et n’avait jamais eu de sentiment romantique pour elle. Bien sûr, ce n’est pas ce que pensaient ses camarades ou ses parents. Durant plusieurs années, la moitié de la tribu s’était persuadée que leurs sentes ne formeraient plus qu’une. Le cœur de Kila battait pour une autre Mir, la meilleure amie de Itarillë. Quand il avait découvert récemment que c’était réciproque, il était devenu l’elfe le plus heureux du monde. Il s’aperçut que celle-ci s’était assise à ses côtés, il ne l’avait pas entendu, elle vivait en silence.
Non, ce qui attirait le regard de Kila sur Itarillë n’était ni sa beauté ni même les jeux de la lumière sur sa peau nue, mais les tressaillements infimes qui parcouraient son épiderme. Ceux-ci trahissaient son appréhension.
Au milieu de la rivière, sur son rocher, alors que la bruyère et les plantes sauvages exhalaient les parfums de la nature, que les oiseaux diurnes encourageaient leur astre à s’attarder : Itarillë tremblait de peur.
Kila ne pouvait agir, pis au fond de lui, il partageait la crainte de l’elfe, l’angoisse lui nouait le ventre.

Longtemps, on les avait surnommés les trois. Ils brillaient à la lutte, au tir à l’arc, et à la course à pied. Ils incarnaient les fers de lance de leur génération. Chacun avait son propre style : Mir exprimait le cours du torrent, lui, au roc divisant les flots et Itarillë semblait constituer un second soleil.
Ils n’étaient pas encore amis ou amants, mais rivaux. Formant des clans de leurs compagnons, ils s’étaient défiés dans tous les jeux d’enfants et de jeunes adolescents.
Était alors survenu l’accident qui frappa un jour comme les autres.
Peut-on appeler ainsi ce jour où se manifeste pour la première fois la magie ? Dans la tribu de Kila, ce jour était nommé la renaissance, car il était celui de la joie, la nature ne fournissait pas le Don à tout le monde. Mais ce don-ci dégageait un amer effluve. Alors qu’ils s’amusaient à une parodie de la guerre, le feu sauta d’Itarillë à son voisin qui s’embrasa et hurla. Celui-ci eut la vie sauvée par leur terrain de jeu, il chuta de rocher dans la rivière, évanouie. Mir le repêcha et lui assomma à l’aide d’une pierre une Itarillë dont la panique enfantait des flammes nouvelles autour d’elle.
L’évènement avait brisé Itarillë, sa radiance semblant s’être réduite à l’état d’une braise, elle resta de longs mois, mutique et solitaire. Elle avait délaissé son « clan » et sa rivalité, son passage soulevait au sein de la tribu des murmures de peur et d’incompréhension. Ce n’était pas la magie qui effrayait, mais comment elle s’était manifestée la première fois. Cette force pour eux était l’expression de l’âme, forme ultime de la poésie, elle relevait la nature profonde de l’utilisateur. La première rime d’Itarillë avait égrené du feu, chose inhabituelle chez leur peuple qui ne vénérait guère le symbole d’un côté de la destruction et de l’autre d’une civilisation dont ils avaient abandonné les atours depuis longtemps. Leurs profanes avaient bien souvent une affinité avec l’eau ou la terre, parfois avec l’air, la population regardait les rares manieurs de l’élément ardent comme de dangereuses nouveautés.
Les guerres des enfants s’étouffaient, la disparition d’un des trois clans avait brisé le jeu permanent auquel ils se livraient, diminuant les risques et les variations, la séclusion d’Itarillë avait fait perdre son charme à la compétition. L’autre souci auquel faisait face la société infantile résidait dans le désintérêt progressif qui avait marqué les deux chefs restants. Mir et Kila semblaient s’ennuyer. Ils se rapprochèrent parlant du temps où Itarillë se battait encore avec eux, le regrettant. S’absentant et tentant de renouer avec leur ancienne rivale, les deux abandonnèrent le combat et le système qui avait perduré s’effaça, une ère était finie.

Ce fut dans la lumière du jour naissant qu’ils comprirent ce qu’Itarillë subissait, elle mourait lentement. La communauté des elfes sauvages était plus dure que les autres sociétés elfiques envers leur lanceur de sort. Ceux-ci étaient des utilisateurs innés qui se découvrait en investiguant les mystères, rares étaient ceux qui l’apprenait. La dompter était donc un parcours initiatique qu’on affrontait souvent guidé par un pareil, qui lui parlait de son expérience propre. Itarillë se distinguait par son unicité, personne depuis près de deux cents ans n’avait vu sa magie hantée par les flammes. Sa famille tentait de l’assister, mais pas une once de surnaturel ne coulait dans leurs veines. Sa seule aide venait d’un vénérable ancien Dir, un druide de Rillifane Rallathil et si celui-ci faisait de son mieux pour rassurer la jeune fille perdue, pour la seconder, il n’arrivait pas à la guérir de son mal. Itarillë ne parvenait pas à contrôler ses pouvoirs, elle exécrait sa goétie, elle se haïssait pour l’accident. Loin d’accepter ce que révélait sa magie sur elle, elle luttait de toute ses forces contre elle. Comme tout son peuple, Itarillë se méfiait du feu et de la menace pour l’équilibre qu’il représentait à ses yeux. Elle s’abhorrait pour incarner un péril pour la tribu qu’elle avait rêvé de protéger.
Itarillë guerroyait contre elle-même et se tuait à petit feu, incapable de se réconcilier avec elle-même.
Ce jour-là, Mir et Kila avaient suivi Itarillë vers son lieu d’isolement : son mégalithe entouré d’eau, où le soleil effectuait une percée à travers les arbres ; l’endroit aurait pu se révéler idyllique si des bruyères et fougères carbonisées et diverses taches noirâtres ne clairsemaient les blocs de pierre avoisinants.
Sur son rocher, Itarillë, se maudissant, tentait de contrôler sa magie et il semblait avant tout de produire autre chose que du feu. Alors que ses essais échouaient les unes après les autres, ses doigts lacéraient ses avant-bras, les marquant de sillons d’où perlait le sang.
Le spectacle morbide que présentait Itarillë amaigri par des privations auto infligées, possédait un aspect fascinant et terrifiant, l’issue de la bataille interne qu’elle menait, s’annonçait évidente : la mort. Elle livrait un conflit qu’elle ne pouvait emporter et qu’elle ne voulait probablement pas enlever.
Le désarroi qu’avait ressenti l’elfe en voyant sa rivale si perdue l’avait submergé. Pour la première fois de sa vie, il connaissait l’impuissance. Comment n’avait-il pu remarquer l’angoisse de la jeune adolescente plus tôt ? Pourquoi avait-il tant tardé à renouer avec elle ? Alors qu’il se posait cette question, la réponse surgit aussi cruelle que révélatrice : il avait eu peur d’elle, peur de sa magie incontrôlée. Il avait abandonné une de ses rares amies… par lâcheté. Amie ? Oui, il s’en rendait compte maintenant qu’il avait partagé bien plus avec Itarillë et Mir qu’avec n’importe quels membres de son clan.
Dans un élan de courage, il alla à sa rencontre, elle l’aperçut tournant ses yeux emplis de détresse, Mir avait suivi.
C’est à ce moment-là que choisi la panthère pour se jeter sur lui et Mir, l’animal au regard fou, la bouche haletante et débordante de bave, envoya Kila bouler contre un rocher. Et sa conscience avait sombré.
On lui avait raconté ce qui s’était passé après. Le léopard avait coincé Mir, elle était privée d’arme. La tribu aurait pu perdre deux membres ce jour-là, si Itarillë n’avait pas déversé son feu sur le félin. Elle avait alors aidé Mir à ramener Kila au village.

Cet évènement avait permis à Itarillë de remonter la pente. Elle avait découvert qu’elle pouvait s’avérer utile malgré ou plutôt grâce à sa magie. La tribu, elle aussi, avait observé une évolution dans son comportement, traitant la jeune elfe non plus comme une indésirable, mais comme un atout comme un autre.
Ce qui avait surtout changé, c’est qu’Itarillë n’était plus seule, les trois étaient devenus inséparables.

Mais ce soir, Itarillë s’isolerait dans le cercle pour communier avec son guide, son totem.
Ces guides, chaque adulte en obtenait un et essayait de suivre son exemple dans sa vie, celui de Kila était l’ours, un protecteur. Mir avait pour totem, elle, le jaguar qui avait engendré son domaine de la nuit et du silence. Ces gardiens différents incarnaient tous, selon la tradition, des facettes ou des serviteurs de Rillifane Rallathil, le seigneur des feuilles. Celui-ci prônait la défense de la nature. Pour aiguiller ses enfants, les elfes, il s’appuyait sur ses servants et ses prêtres.
Cette nuit aidée par un druide, elle consommerait les plantes pour entrer en communion avec son guide, qui lui indiquerait sa voie. Le feu symbolisait le changement et nombre des anciens profanes liés au feu avaient acquis qui les avaient poussés à explorer des horizons nouveaux.
Itarillë tremblait, car elle craignait qu’elle dût, pour suivre son étoile, quitter la tribu. Du moins, c’est que croyait Kila et lui tremblait, car il ne voulait pas la voir partir.


Description :
Description physique : Itarillë, est une elfe sauvage, elle porte ses cheveux noir et long tressé en de multiples tresse, ceux-ci sont ornementé de perle de bois et pierre.
Son peau est brune et ses yeux verres.
Elle est très joli selon les normes de sa tribu et gracieuse, elle manque peut-être un peu de muscle.
Comme tout les elfes de sa tribu, elle porte un tatouage qui représente son totem. Le sien se situe dans le dos, il s'agit d'un phénix perché sur un arbre vénérable.
Les ailes étendu du phénix disperse des plumes incandescente qui remonte le long des bras et descendent le long du torse soulignant le galbe de ses seins. les racines de l'arbre viennent se perdre dans le bas de son dos et se finisse en haut des cuisses.
Elle est habillé dans la tenue de tout les jours de son peuple, un simple pagne et une bande de tissu recouvrant ses seins et qui s'accroche à l'arrière des seins.
Les régions chaudes, où elle habite ne nécessitait guère plus et elle ne connait pas encore les hivers des régions plus tempéré. Par ailleurs, cacher son tatouage est très mal vu : cela signifie avoir honte de ce qu'on est ou qu'on cherche à camoufler qui on est.

Description mentale : Itarillë est un être joyeux et chaleureux, qui est assez curieuse du monde. Elle est cependant déphasé de certaine des réalité hors de la forêt. Deux sont notables, l'argent la laisse perplexe, elle comprend le fonctionnement mais à beaucoup de mal à comprendre l'idée de conserver cet objet : il ne sert pas à grand chose et comprendre sa valeur, résultat elle a tendance à le dépenser dans des objet utiles ou joli qu'elle n'a pas spécialement payé leur juste prix.
L'autre aspect est sa relation avec les individus mâles des espèces non elfique, joli et très agréable à regarder pour une majorité (on ajoutera que ses habitudes vestimentaires peuvent être mal interpréter) d'entre eux, elle n'est absolument pas intéresser par les hommes qui ne sont pas des elfes, en effet il ne faut pas abuser des enfants. Elle a du mal à comprendre que un homme de 16 ans, 20 ans, et 80 ans est considéré comme un adulte, elle a vécu jusque là qu'avec son peuple et à du mal à se faire ses espèces dont les individus sont éphémère.
Il faut ajouter cela que les rares contes de son peuple, sur les relations amoureuses avec les éphémères se finissent par une elfe ou un elfe dépressif de voir ses petit-enfant mourir avant lui.

_________________
Itarillë, Étincelle du changement

Selon une légende; ce joueur est au contrôle d'un gnome sournois surnommée L'évasif, d'une scelleuse qui fait office de guide touristique pour entité extra-dimensionnelle nommée Réza Kulenov, et d'une nomade qui souhaite être un dragon, Sherazade.


Dernière édition par Itarillë le Mar 28 Aoû 2018, 20:20, édité 15 fois.
Haut
  Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à: