Heures au format UTC + 1 heure


Nous sommes le Ven 25 Mai 2018, 01:58



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Chroniques sacrées
MessageMessage posté...: Dim 23 Juil 2017, 13:52 
Super Héros
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Ven 23 Juin 2017, 18:02
Messages: 84
PX: 190000
Chroniques sacrées


Image


    :HRP: Ce livre est un recueil de nouvelles centrées sur le personnage d’Eir. Même si je souhaiterais, au contraire, que ça soit le cas, elles peuvent être considérées comme sans lien avec les aventures sur le site. Elles ne sont pas dans un ordre temporel précis, une nouvelle peut ainsi se passer avant ou après la précédente.

_________________
Fiche d’Eir et sorts préparés (Guerrier 2 / Sonnlinor 18 ; LB)
Chroniques sacrées

Vous ne pouvez gagner, et je ne peux perdre.

Renvois : 13/15
Brassard de quintessence des soins : 2/3 Thundaril : 1/1 Botte de transposition : 1/1

Stats : 243/245 pv
Sorts actifs : (jour 1/19 ; couronne)
Notes : sorts de guérison ½ effet

Carte de la grotte

Joué par Ætherion
Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Chroniques sacrées
MessageMessage posté...: Dim 28 Jan 2018, 04:02 
Super Héros
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Ven 23 Juin 2017, 18:02
Messages: 84
PX: 190000
"Et c'est par le marteau que le feu infernal périra." Le bouclier de mithral, 17.8

Le soleil se couchait sur les montagnes abritant la cité d'Adbar. La fin de l'été approchait, et le vent froid venu du nord se faisait de plus en plus sentir. Les nains en faction dans la tour principale observaient les dernières caravanes de la saison aller et venir. Bientôt, tout serait recouvert par la neige, et la cité aussi hibernerait, cherchant la chaleur entre les murs de pierres, alimentée par ses fourneaux, et par les muscles des milliers de nain taillant et creusant, chantant les louanges à Moradin.

Mais cette journée allait être particulière. Brutalement particulière. Le grondement du vent se faisait plus fort, et si les sentinelles n'entendaient rien d'anormal, ce n'était pas le cas de Melmar Hachetranchante. Haut placé dans la garde de fer, l'armée d'Adbar, le nain à la barbe aussi noire que le plus sombre des fléaux écailleux observait le lointain depuis la base de la tour, s'imprégnant de l'humeur naturelle des montagnes. Ses yeux étaient plissés, et son inquiétude transparaissait sur son visage.


- Que se passe-t-il, mon ami ?

Eir, l'Ange de platine - un surnom donné par Melmar en personne - était un ami proche depuis longtemps, et un formidable soldat, tout autant que n'importe quel autre nain de l'armée de la citadelle. Il faisait partie de la troupe d'élite de Melmar, car celui-ci connaissait ses qualités de combattant, mais aussi de nain honoraire.

- Le ciel gronde, Ange de platine. Déjà que les nains n'aiment pas le ciel quand il est calme, alors quand il gronde, c'est bien pire.

Ce trait d'humour n'avait pas échappé à Eir, qui rit de bon coeur.

- Je suis moi-même né de la montagne, petit être de chair, et je ne trouve aucunement le ciel menaçant.
- Crois-en mon expérience, géant de fer, cette journée sera difficile pour nous.

Malgré les boutades, Eir comprit. Il comprit que Melmar était inquiet, et, au lieu de tenter de le rassurer, il décida de lui faire confiance, encore une fois. Jusqu'à présent son ami ne s'était jamais trompé, son intuition était apparemment sans faille, et ses dons stratégiques n'étaient plus à démontrer. Reprenant son sérieux, Eir lui aussi se mit à observer le ciel, et transmit des ordres à d'autres sentinelles et à ses compagnons de la troupe d'élite de faire de même. La journée était bien avancée quand Melmar s'autorisa un mouvement de recul.

- Qu'as-tu-vu ?

Lança Eir. Son compagnon recula encore d'un pas, avant de lancer, de manière désinvolte.

- Un dragon.

Il recula encore, puis se mit à courir vers la tuyère la plus proche, système de communication sophistiqué de la cité d'Adbar relayant les cris à travers toute la cité. Il cria, la voix grave, sourde, et empreinte de ses batailles passées, résonnante dans le cuivre sombre.

- UN DRAGON !

Quelques secondes plus tard, après avoir jeté un froid plus mordant que celui de l'hiver approchant, des cris résonnèrent à la porte principale, et la panique se propagea parmi les marchands qui détalaient, fuyant la cité. Au loin, un animal gigantesque s'approchait, battant l'air de ses ailes membraneuses, grossissant lentement. Il se dirigeait tout droit vers la porte principale et les remparts extérieurs, qui se peuplaient d'une armée de nains en armures brillantes.

Le métallique se baissa alors pour porter son commandant à bout de bras. Les deux compagnons avaient déjà effectué cette manœuvre, aussi restèrent-ils silencieux et concentrés sur leur objectif. Eir, Melmar dans les bras, sauta de la tour, laissant la gravité les porter rapidement vers le sol. Deux grandes magnifiques ailes aux plumes d'un blanc immaculé apparurent dans le dos d'Eir, remplaçant la cape qui y trônait tantôt. En quelques battements il furent au sol, et Melmar put prendre le commandement des troupes, sa double hache de mithral à la main. Les nains, ordonnés de nature, s'organisèrent rapidement, et le dragon fut assailli de carreaux de balistes de toutes parts avant même d'avoir atteint les premières murailles. Étrangement, celui-ci ne semblait pas s'en émouvoir, ni même tenter de les arrêter ou de les éviter. Redoublant d'efforts, les nains ne purent toutefois pas l'empêcher de se poser directement derrière la dernière muraille... Estomaquée, l'armée de la cité ne resta pas cependant pantoise, car elle avait l'avantage indéniable d'encercler son ennemi. Dans un grondement digne du tonnerre lointain, le dragon hurla de sa voix rauque :


- JE SUIS AYDHIOG LE DÉVOREUR, VOTRE SOUVERAIN ET MAÎTRE !!!! PITOYABLES CRÉATURES, VOUS ALLEZ TOUS PÉRIR DANS MES FLAMMES, ET VOTRE TRÉSOR SERA MIEN !

Les écailles écarlates, des cornes développées mais usées par l'âge et les combats, un ego surdimensionné et une mégalomanie patente, il s'agissait bien là d'un grand dracosire rouge. N'attendant aucunement la fin de son discours de grand méchant très méchant, les nains avaient continué leur attaque massive, emplissant le ciel d'une pluie de traits. Mais tous remarquèrent bien vite que leurs carreaux, lances, haches et marteaux se heurtaient tous à un champ d'énergie magique entourant l'écailleux, les empêchant de le blesser. Celui-ci se gaussait, un sourire mauvais incrusté sur son visage reptilien. Son plan semblait ainsi se dérouler à merveille.

- VOYEZ !!! CONTEMPLEZ MA PUISSANCE, CANCRELATS !!! TREMBLEZ DEVANT MOI !!!

Les nains, loin de trembler face au ver rougeâtre, redoublèrent d'effort, mais voir qu'aucune de leurs armes ne le touchaient n'aidait pas non plus à avoir confiance dans l'issue de la bataille. Melmar, qui analysait la situation, le comprit bien vite tandis qu'Eir, ayant rassemblé la troupe d'élite, se préparait pour la riposte du dragon. La troupe spéciale d'Eir, une sélection de nains robustes et agiles, portait la même cape blanche. Peu communs chez la race des mineurs, ses membres s'étaient entraînés à voler, compétence fort utile qui complémentait leurs autres spécialités de soigneurs et de boucliers. Très ordonnés, même pour les critères nains, ils bénéficiaient d'un prestige hors norme, surnommés les Anges de la citadelle. Leur tâche n'était pas l'ennemi, et ne consistait pas à gagner la bataille. Non, leur tâche était de sauver le plus possible de leurs frères de la mort. Et ils étaient excellent dans leur spécialité.

- ET MAINTENANT, QUE MON ARMÉE VOUS ÉCRASE, COMME LES INSECTES QUE VOUS ÊTES !!!!

Eir et sa troupe s'envolèrent de concert avant même que Melmar ne leur en donne l'ordre. Il fallait dire que la menace du dragon était claire, et tous s'attendaient à ce que le monstre ramène des renforts quelconques. L'armée en question arriva rapidement, car deux portails sombres s'ouvrirent à ses côtés, et une vague de créatures en sortit, vomie par la magie que le dragon avait invoquée. Des kobolds, beaucoup, beaucoup de kobolds traversaient de manière continue. Bientôt, les soldats de la dernière enclave furent submergés, et les Anges avaient un travail de sauvetage monumental sur les bras. Les troupes des autres murailles, voyant la débandade, abandonnèrent leurs postes pour se regrouper derrière les murs de la cité, passant par les passages secrets que leurs ancêtres avaient conçu en prévision. Les nains de l'enclave se replièrent non sans mal, fermant les portes devant la masse d'écailles qui leur déferlait dessus. Melmar voulait être le dernier à entrer, et il s'en fallut de peu avant qu'il ne soit bloqué à l'extérieur. Eir fonça vers lui, le percutant et accompagnant son mouvement, les portes se fermant dès que le bout de sa botte fut entré.

- Nous avons un problème, je crois. Dit Melmar à Eir, quand ceux-ci furent réunis au sol.
- En effet.
- Nous devons supprimer ces portails et la protection de cet asticot. Tu sais ce que c'est ?
- Je n'ai jamais été versé dans les Arts, surtout profanes, mon bon ami. Mais nous le saurons, tôt ou tard.
- Que nos spécialistes en magie identifient ce bouclier !

Il fallut un moment pour achever l'ordre de Melmar, car il fallut aller chercher les enchanteurs dans le cœur protégé de la cité, et les amener là où ils pourraient avoir un œil sur le dragon sans être repérés. De plus, les sentinelles prévenaient le commandement que des kobolds cherchaient, et parfois trouvaient, les tunnels secondaires - même si ces derniers mourraient dans les nombreux pièges disposés à l'intérieur. Il fallut donc les éviter de surcroît, ce qui n'aidait en rien les investigations. Les portes, même si elles tenaient encore bon grâce à l'ingéniosité des nains et au nombre de soldats les maintenant en place, commençaient à faiblir. chaque coup, chaque souffle du dragon agrandissaient l'amplitude de l'ouverture bloquée. Un plan se formait dans l'esprit de Melmar, tout de suite détruit par les mages : au vu de la protection, il leur faudrait plusieurs minutes pour l'annuler, mais les portes tiendraient visiblement beaucoup moins de temps. Au moins les portails pouvaient-ils être coupés immédiatement.

- Une diversion me semble indispensable. Lança Eir quand il prit connaissance de la situation.
- Par Moradin, nous allons devoir frapper fort et vite ! Nous les repousserons, jusqu'à la mort !
- Espérons ne pas perdre trop de monde non plus.
- Nous en perdrons, Eir, mais beaucoup moins que si tu n'étais pas avec nous. Et puis, tous ici sont prêts à donner leur vie pour leur famille, pour la citadelle !

Eir acquiesça, car il connaissait l'honneur de son peuple d'adoption. Ils ne failliraient pas, même face aux flammes du ver. Un nouveau plan fut rapidement conçu, et les ordres s'ensuivirent.

La troupe d'Eir partit dans les tunnels contournant les enclaves, éliminant tous les intrus qu'elle croisa avec facilité, efficacité, et zèle. Moradin était avec eux. Alors qu'ils se retrouvaient à la sortie la plus éloignée de la citadelle, ils se regroupèrent, et s'envolèrent haut dans les cieux, en direction de la citadelle. Car ils avaient une mission : ils étaient chargés de la diversion... Et leur plan était simple. Eir illumina les cieux, usant des plus puissants pouvoirs que Moradin lui avait confiés, et hurla, comme toute sa troupe, en l'honneur de leur dieu et de leur citadelle.

Ils chargèrent, tous ensemble, l'armée de kobolds et le dragon au sol.




En tête, Eir dirigeait la charge, battant furieusement des ailes, son marteau en main tendu devant lui, le vent sifflant à ses oreilles. Il espérait mettre suffisamment l'armée ennemie en déroute pour laisser le temps aux leurs de sortir avec le moins de heurts possible. Les Anges hurlaient le nom de leur dieu. D'abord décontenancée, la troupe kobold mis quelques secondes à s'apercevoir de l'attaque, et se retourna rapidement, commençant à son tour un bombardement intensif de sortilèges. La diversion fit ainsi effet, et l'armée d'Adbar put ouvrir brutalement les portes et déferler sur les kobolds désarçonnés. Voyant que le stratagème marchait, les Anges se dispersèrent immédiatement, avant de se regrouper au niveau des portes, et reprendre leur place dans le combat. Eir sauvait ses compagnons par dizaines, échappant de peu au souffle destructeur ou aux coups de pattes et de queue du dragon, qui, s'il se réjouissait d'arriver à en tuer, grognait et grondait lorsque ne serait-ce qu'un seul nain lui échappait. Et il grognait et grondait souvent.

Peu à peu, les deux armées dégrossissaient, les bruits de haches et marteaux croisant les piques, les déferlements de sortilèges rebondissant sur les boucliers. Les Anges, même au plus haut de leur efficacité, ne pouvaient sauver tous leurs compagnons des sorts et piques des écailleux, surtout si la plupart de leur forces étaient concentrées autour du dragon toujours protégé par son bouclier. L'armée kobold fut tout de même mise à mal, coupée de ses renforts juste après l'ouverture des portes, et même si les nains ressortaient victorieux de cette bataille-là, de nombreuses pertes furent à déplorer. La cité n'était maintenant véritablement menacée que par le dragon lui-même, dont la protection magique était la source d'ennuis temporaire. Alors que sa queue ravageait les murs et le sol plus souvent que les nains, sa protection scintilla, hoqueta, puis disparut. Une lueur de frayeur mêlée de colère passa dans ses yeux, avant qu'il ne donne tout ce qu'il lui restait de puissance et de force dans ses coups, et dans son souffle. Sa fureur redoubla d'intensité, et les nains furent temporairement repoussés, mais ils tinrent bon, et le dragon faiblit. Il tenta de s'envoler, les Anges, se détournant momentanément de leur fonction première pour assurer une protection pérenne à la cité, s'évertuèrent à le rabattre au sol et lui percèrent les deux ailes. Meurtri, le rouge s'affala lourdement, laissant une seconde de battement mise à profit par Melmar.

D'un coup de hache puissant, ce dernier mit fin au règne d'Aydhiog de manière aussi brutale qu'il n'avait commencé.

_________________
Fiche d’Eir et sorts préparés (Guerrier 2 / Sonnlinor 18 ; LB)
Chroniques sacrées

Vous ne pouvez gagner, et je ne peux perdre.

Renvois : 13/15
Brassard de quintessence des soins : 2/3 Thundaril : 1/1 Botte de transposition : 1/1

Stats : 243/245 pv
Sorts actifs : (jour 1/19 ; couronne)
Notes : sorts de guérison ½ effet

Carte de la grotte

Joué par Ætherion
Haut
  Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à: