Heures au format UTC + 1 heure


Nous sommes le Lun 17 Déc 2018, 01:10



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Lycanthropie de Gwynharwyf
MessageMessage posté...: Dim 22 Avr 2018, 16:51 
Grand Maître de Jeux
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 03 Jan 2012, 17:54
Messages: 6603
Localisation: à se faire les griffes sur des PJs
PX:
Plume de Scribe: 2 Plumes
Image

Règles personnelles



Intro :
Citation:
La lycanthropie est une maladie qui a plusieurs « variantes ». Il y a la « standard », celle que la plus part connaissent, enfin pour ceux qui s’y intéressent (règles traditionnelles). Et il en existe au moins une variante, qui est intimement liée dans sa forme aux rages de barbares, elle est nommée « Lycanthropie de Gwynharwyf », dont voici les règles. Celles-ci sont « personnelles » et donc n’engagent que mes aventures et celles des PJs qui me suivent.



1-Les trois états
Citation:
Il y a trois états à considérer : Humanoïde – Hybride - Animal

Humanoïde : le personnage est totalement comme à son habitude d’apparence et de capacités.
Techniquement :
  • Le personnage garde toutes ses caractéristiques de PJ
  • Aucuns changements à faire
  • ouf !


Hybride : le personnage est mi-humanoïde / mi-animal, il peut donc se servir de ses armes, garder son armure, porter un bouclier, user de certaines compétences ou pouvoirs magiques …
Techniquement :
  • Comme une rage de barbare sauf pour la durée (cf 2-Modalités de transformation)
  • En plus de pouvoir se servir de ses armes habituelles, il peut se servir d’attaques naturelles :
    • Griffes 1d6 /x2 attaque principal
    • Morsure 1d4 /x2 attaque secondaire
  • Le personnage peut communiquer avec les animaux (sanguinaires ou non) de son espèce ; il sait également ce qu’ils ressentent. Cela lui confère un bonus racial de +2 aux tests visant à influencer l’attitude de ces animaux, tout en lui permettant de communiquer des concepts simples (« fuis », « attaque », « ami », « ennemi », etc.) à ceux qui se montrent amicaux envers lui.


Image


Animal : Le personnage est sous forme animal. Il ressemble en tout point à un animal de sa catégorie mais en plus gros et plus impressionnant. Pour qui est « spécialiste », il y a possibilité de détection de la maladie.
Techniquement :
    Le PJ garde ses bonus/malus de la forme précédente et y ajoute :
  • Ne peut plus porter d’armure, ni se servir d’aucune arme autre que ses attaques naturelles
  • +4 en Dextérité
  • Odorat


Image





2-Modalités des transformations :
Citation:
Seul les personnages susceptibles d’entrer en rage de Barbares ou de Berserkers sont sujets à ces transformations, dans les autres cas le sujet porte la maladie mais n’en subit pas les conséquences. Dans ce premier cas, les modifications d’état d’un lycanthrope de Gwyharwyf peuvent avoir lieu de deux façons : volontairement ou involontairement.

Volontairement :
Pour une raison ou une autre, un personnage peut décider de vouloir changer de forme, dans un sens ou dans un autre.
  • Pour aller vers la forme Hybride, il suffit au personnage d’entrer en rage, et de réussir un test de contrôle de forme (cf. Tableau). Si le test est raté, le personnage est en rage de façon « classique ». Pour aller vers la forme Animal il doit réussir un autre test de contrôle de forme (cf. Tableau).
  • Dans l’autre sens c’est un peu plus dur : (cf. Tableau). Un test raté empêche la transformation inverse pour 12h, ou jusqu’au lever du soleil.

-Humanoïde=>Hybride=>Animal=>Hybride=>Humanoïde
Mutation Volontaire15303540


Involontairement :
Il arrive parfois que le personnage soit victime de sa lycanthropie, et donc change d’état sans l’avoir désiré.
  • A la pleine lune : le personnage passe d’Humanoïde à Hybride sans test, puis 1d4h plus tard d’Hybride à Animal sans test non plus. Pour tenter d’empêcher ces transformations il faut réussir un test de contrôle de forme (cf. Tableau). Le retour ne peut pas se faire à l’aide de « contrôle de forme », il faut attendre le lever du soleil ou 12h.
  • Si le personnage se sent en danger extrême, ou subit une émotion trop violente (cf. Tableau) avec des bonus ou malus en fonctions de la situation. Dans ces cas là, les retours d’état peuvent se faire avec des tests de contrôle de forme : (cf. Tableau).
  • Si le personnage veut entrer en rage, mais sans changer de forme (en raison notemment du temps que peut prendre un retour à la forme humanoïde), c’est possible grâce à des tests de contrôle de forme : (cf. Tableau).



-Humanoïde=>Hybride=>Animal=>Hybride=>Humanoïde
Résistance à la pleine lune2530ii
Danger vital, émotions fortes25302520
Entrer en rage sans changer de forme20xxx


(*)Dans les cas involontaires (1) et (2) le nombre de rage de barbare ne compte pas.
(*)Si un personnage reste « indécis » c’est la formule involontaire qui prend le pas.





3-Comment attraper cette « maladie », peut-on la guérir ?

Citation:
Si un « Lycanthrope de Gywharwyf » mord un sujet sain il ne lui transmet la maladie que dans 5% des cas. De plus la ou le mordu(e) peut tenter un JS de vig DD 10+niv du lycanthrope qui mord.
Ce type de lycanthropie se transmet aussi par le sang, la probabilité que cette maladie passe à la génération suivante est de 20% environs chez les humains, et 50% ches les semi-orc.
Image


(*)Dans la mesure où cette variante bloque les effets les plus mauvais de la maladie, elle ne peut se soigner via les moyens standards. Évidemment il y a peut-être des solutions qui n’ont pas encore été trouvées !
(*)A noter que seul les personnes capables d’entrer en rage vont manifester la maladie, ainsi certains l’auront mais ne le sauront jamais.





4-Les différences avec la lycanthropie classique

Citation:
Bien que l’aspect extérieur du lycanthrope de Gywharwyf varies tout comme dans une lycanthropie classique, son « intérieur » se modifie beaucoup moins.
  • Le eprsonnage doit pouvoir entrer en rage pour avoir les effets
  • L’alignement ne change pas
  • Pas de résistance au dégâts sauf à l’argent
  • Pas d’ajustement de niveau
  • Le pelage de la forme animal est souvent clair (ocre, roux, blanc ...), dans les cas classiques il est plus sombre.

Image


(*)le sous-type « lycanthrope » est conservé.


5-Origine de la maladie, lien avec Gwynharwyf
Citation:
Plusieurs légendes expliquent cette variante édulcorée de la lycanthropie, chacun choisira la sienne, et les bardes en feront leurs choux gras.


Citation:

Dans le grand Nord, on raconte qu’un jour, un grand Vengeur dévoué à Gwyharwyf fut mordu par un lycanthrope et contracta la maladie. Ce fidèle était si efficace, si dévoué et si zélé que son parangon céleste décida de tout tenter pour atténuer le mal de son champion. Grâce à des interactions avec divers dieux, et notamment Séluné, il réussit faire de son Héros une sorte de métamorphe idéal, maitrisant totalement ses transformations et surtout perdant toute agressivité inutile et sauvagerie dévastatrice.

Par la suite, des lycanthropes d’origine bonne ou ayant envie de conjurer le sort de leur maladie, vinrent voir ce Vengeur au cœur pur afin de tenter grâce à son sang et ses soins de tendre vers sa forme de lycanthropie. Hélas pour les uns et les autres, aucun résultat ne fut aussi brillant, Gwynharwyf ne pouvait négocier pour tout le monde, mais quelques résultats intermédiaires furent obtenus. Ainsi une nouvelle forme de lycanthropie été née : la Lycanthropie de Gwynharwyf.

Elle est assez rare et on la confond souvent dans les villages avec une lycanthropie traditionnelle, empêchant ceux qui l’ont de vraiment pouvoir bénéficier de leur « don ». Seul ceux proches des cultes de Séluné et assimilés ont une chance de s’épanouir en toute connaissance de cause.



Citation:
Une autre légendes raconte qu’un jour, une jeune shaman des terres de la Horde a vu son village contaminé par la lycanthropie. En quelques mois presque tous avaient été touchés, des plus jeunes aux plus âgés. Une catastrophe, à telle point qu’elle fût la dernière à survivre, barricadée dans son isba à prier qu’elle soit épargnée. Elle savait que tous allez se faire massacrer un jour ou l’autre par un paladin en vadrouille. Aussi, elle offrit sa vie à Séluné en échange de quoi la déesse lui promit de soigner tous les gens de son village.

La déesse lunaire, étant ce qu’elle est, ne soigna pas totalement les villageois, mais les transforma en « lycanthrope de Gywharwyf », version plus pacifique et discrète de la maladie. Ainsi les villageois apprirent à vivre avec leurs nouveaux états et personne ne fut massacré inutilement.

On dit que certain descendants des membres de ce village portent toujours cette affection. Ils doivent faire très attention de ne pas se faire confondre avec des lycanthropes classiques, car les croquantes et les croquants auraient vite fait de les mettre au bûcher !




Citation:
Une autre légendes bardiques racontent qu’un jour, il y a bien longtemps, un grand prêtre de Morwel tomba fou amoureux d’une femme lycanthrope. Il tenta de la « soigner » mais à chaque fois elle retrouvait son mal et causait encore plus de dégâts au grand damne de son amoureux transit.

Il s’avéra que cette femme n’était autre qu’une puissante servante de Malar qui avait voulu infiltrer le clergé du parangon céleste. Afin de se jouer de cette machination, le prêtre demanda à sa divinité de lui venir en aide. Morwel fit donc appel à Séluné et Gwynharwyf qui lui permirent de faire dévier la maladie en certains points : notamment celui de rendre moins mauvais les individus contaminés.

La femme en question fut ainsi la première à contracter cette forme de lycanthropie, appelé pour cause Lycanthropie de Gwynharwyf. Malar n’ayant ni vu ni comprit ce divin subterfuge laissa transmettre à pas mal de ses fidèles cette « bonne » version de la lycanthropie, perdant au passage nombreux de ses fidèles. Et quand il s’aperçut de la supercherie, il entra en guerre contre tous ces "trop bons lycanthropes".

Depuis on peut trouver des lycanthropes de ce type un peu partout sur Faerun. Mais ils restent souvent cachés, au plus près des cultes des dieux non mauvais liés à la Lunes. En effet ils ont souvent peur, et à raison, qu’on les confonde avec leurs homologues plus « classiques », se retrouvant traqués comme des bêtes. Sans compter que certains lycanthrope liés à Malar les chassent tout autan.


(*) Et il existe peut-être encore d’autres histoires …


Image

_________________
"L'écriture est toujours une conséquence" (A. de St Exupery)
Haut
  Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à: