Le dévoreur d’âme

Mort-vivant [Extraplanaire] de taille G

Source : Manuel des Monstres

Dés de vie : 12d12 (78 pv)
Initiative : +4
Vitesse de déplacement : 9 m (6 cases)
Classe d’armure : 24 (–1 taille, +15 naturelle), contact 9, pris au dépourvu 24
Attaque de base/lutte : +6/+19
Attaque : griffes (+15 corps à corps, 1d6+9)
Attaque à outrance : 2 griffes (+15 corps à corps, 1d6+9)
Espace occupé/allonge : 3 m/3 m
Attaques spéciales : absorption d’énergie, capture d’essence vitale, pouvoirs magiques
Particularités : détournement des sorts, mort-vivant, résistance à la magie (21), vision dans le noir (18 m)
Jets de sauvegarde : Réf +4, Vig +4, Vol +11
Caractéristiques : For 28, Dex 10, Con —, Int 16, Sag 16, Cha 17
Compétences : Concentration +18, Déplacement silencieux +15, Détection +18, Diplomatie +5, Escalade +24, Fouille +10, Perception auditive +18, Psychologie +11, Saut +24, Survie +3 (+5 pour suivre des traces)
Dons : Arme de prédilection (griffes), Combat en aveugle, Expertise du combat, Magie de guerre, Science de l’initiative
Environnement : quelconque
Organisation sociale : solitaire
Facteur de puissance : 11
Trésor : aucun
Alignement : toujours neutre mauvais
Évolution possible : 13–24 DV (taille G), 26–36 DV (taille TG)
Ajustement de niveau : —

Le dévoreur d’âme rôde dans le plan Astral ou le plan Éthéré et agresse avec un plaisir toujours renouvelé les créatures qui en sont originaires ou qui ne font qu’y passer.
Le dévoreur d’âme mesure 2,70 mètres de haut et pèse environ 250 kg.
Les dévoreurs d’âme parlent le commun.

Combat

Même sans ses pouvoirs, le dévoreur serait un redoutable adversaire, car ses griffes infligent de terribles dégâts.
Absorption d’énergie (Sur). Lorsqu’un être vivant est touché par les griffes ou le pouvoir de main spectrale du dévoreur d’âme, il acquiert un niveau négatif. Le jet de Vigueur à réussir pour s’en débarrasser au bout de 24 heures s’accompagne d’un DD de 19. Le DD de sauvegarde est lié au Charisme.
Capture d’essence vitale (Sur). Le nom du dévoreur d’âme vient de sa faculté à dévorer l’essence vitale de ses proies. Pour ce faire, il doit tenter une attaque de capture d’essence, ce qui l’empêche de porter ses attaques au corps à corps habituelles. Il effectue un jet d’attaque assorti de son bonus habituel, mais un coup au but n’inflige pas le moindre dégât. Par contre, la créature touchée doit réussir un jet de Vigueur (DD 19) sous peine de mourir dans l’instant. Le DD de sauvegarde est lié au Charisme.
Si cela se produit, l’essence vitale du défunt se retrouve enfermée entre les côtes du dévoreur d’âme, et la petite silhouette qui se trouve là prend aussitôt ses traits. L’essence capturée de la sorte ne peut pas être rappelée à la vie ni ressuscitée, mais un sort tel que miracle, souhait ou souhait limité permet de la libérer, tout comme le fait de tuer le dévoreur d’âme. Le mort-vivant ne peut absorber qu’une essence vitale à la fois.
Chaque niveau ou DV du défunt confère cinq utilisations de ses pouvoirs magiques (voir ci-dessous). L’âme torturée meurt peu à peu, à mesure que cette énergie est dépensée : l’essence acquiert un niveau négatif toutes les 5 utilisations de pouvoirs magiques utilisés par le dévoreur d’âme. Quand son nombre de niveaux négatifs égale son nombre de DV ou de niveaux réels, l’essence est détruite. Si l’essence est par la suite libérée, la créature doit réussir un jet de Vigueur (DD 19) pour chaque niveau négatif accumulé sous peine de le voir se transformer en niveau perdu de façon permanente.
Pouvoirs magiques. Au début de la rencontre, partez du principe que l’essence emprisonnée dans le corps du dévoreur d’âme a 3d4+3 niveaux (soit un total de 30 à 75 utilisations de pouvoirs magiques). Le dévoreur d’âme peut utiliser les pouvoirs suivants au rythme d’un par round : allié d’outreplan, baiser de la goule (DD 15), confusion (DD 17), contrôle des morts-vivants (DD 20), main spectrale (DD 15), rayon affaiblissant (DD 16), suggestion (DD 16) et vision lucide. Niveau 18 de lanceur de sorts. Les DD de sauvegarde sont liés au Charisme.
Détournement des sorts (Sur). L’essence emprisonnée procure une certaine protection magique au dévoreur d’âme. Chaque fois que l’un des sorts suivants est lancé sur le mort-vivant et parvient à vaincre sa résistance à la magie, il est automatiquement dévié et affecte l’essence : bannissement, confusion, dédale, désespoir foudroyant, détection de pensées, domination, emprisonnement, hypnose, marteau du Chaos, parole sacrée, possession, quête, rejet du Mal, séquestration, suggestion, terreur ou toute forme de charme ou de coercition. Bien souvent, cela neutralise purement et simplement le sort (il est par exemple totalement inutile de charmer une essence emprisonnée). Par contre, certains sorts (tels que bannissement) peuvent détruire l’essence ou la forcer à partir, auquel cas le dévoreur d’âme se retrouve dans l’incapacité de lancer des sorts tant qu’il n’a pas absorbé d’autre créature.


Tags associés : âme, Arme de prédilection, Attaque de griffe, Combat en aveugle, Création de mort-vivant dominant, Dévoreur, Expertise du combat, Extraplanaire, Facteur de puissance de 11, Grande (taille), Magie de guerre, Manuel des Monstres, Mort-vivant, Pouvoirs magiques, Résistance à la magie, Science de l’initiative

Retour à l'index du bestiaire

Valid XHTML 1.0 Strict